... © Aprh
Actualité - 22.10.2021

Révocation de Cyril Linette : au lendemain de l'Assemblée Générale

L'Assemblée Générale ordinaire du PMU a décidé à l'unanimité de révoquer son directeur général Cyril Linette ce jeudi. Il s'agit de l'épilogue d'une crise au sein des institutions hippiques devenue publique au début octobre.

Tout est parti d'une réunion réunissant les représentants syndicaux des institutions et les représentants des sociétés mères et du PMU le 6 octobre dernier. Pour la première fois, Cyril Linette s'oppose au projet de création d'une "maison des courses", qui vise à rassembler l'ensemble des personnels des institutions sur un même site, l'immeuble Thémis dans le XVIIe arrondissement de Paris. Il se démarque alors de ses interlocuteurs de France Galop et du Trot et de son propre président, Philippe Augier, qui découvrent cette nouvelle position au débotté, et se range du côté des représentants syndicaux opposés au projet. Une situation qui surprend tout le monde et propulse l'institution des courses dans une séquence inédite et assez incroyable. Car Cyril Linette était d'abord favorable au projet comme il vient d'expliquer au quotidien Ouest-France : "C’est vrai qu’au début je n’ai pas dit non. J’ai accepté en me disant qu’on s’adapterait. J’ai peut-être été un peu faible et pragmatique à ce moment-là."
Le désaccord ne fait ensuite que s'envenimer. La raison ? Le Conseil d'Administration du PMU du 15 octobre signifie qu'une Assemblée Générale du PMU sera convoquée par son président Philippe Augier à la date du 21 octobre avec pour seul objet la révocation de son directeur général. Pour Médiapart, « on devine sans peine que les principaux membres du GIE n’ont guère apprécié que leur obligé se rebelle de la sorte contre eux sans les prévenir et défie leur autorité. Le couperet est donc aussitôt tombé. Les termes de la convocation précises trois raisons suffisantes pour qualifier "la révocation pour faute".
Cyril Linette déclare alors qu'il se défendra pied à pied. Ce qu'il fera. Avant cette Assemblée Générale, il demandera et obtiendra la nomination par les autorités de tutelle (Ministères du Budget et de l'Agriculture) d'un expert chargé d'étudier la conformité des conditions de réalisation de l'opération [Thémis]. Dans ses arguments, il évoque les problématiques d’indépendance du PMU vis-à-vis des sociétés-mères au regard du droit de la Concurrence.
Sur le plan judiciaire, Cyril Linette ira jusqu'à tenter d'empêcher la tenue de l'AG du PMU. Jugé en référé, le recours n'a pas abouti. Hier (jeudi), les 57 membres du GIE PMU (LeTrot, France Galop et 55 sociétés de courses régionales) ont donc « mis fin aux fonctions de directeur général de Cyril Linette à compter de ce soir » précise le communiqué du PMU.
Peu de choses ont filtré de ce moment particulier dans l'histoire des courses si ce n'est le ressenti d'un des participants (qui a voulu rester anonyme dixit l'Agence France Presse) sur l'ambiance générale comme le rapporte ce vendredi le journal Le Parisien : « Il s’est défendu avec émotion et a dénoncé un manque de soutien des trois présidents (de France Galop, du Trot et du PMU) depuis plusieurs mois. »

Une période de transition à gérer
Le feuilleton trouvera-t-il un épilogue définitif devant les tribunaux ? Nous le saurons peut-être plus tard comme l'avance ce vendredi Jour de Galop : « Tout laisse à penser qu’il [Cyril Linette] va maintenant plaider sa cause devant un tribunal de prudhommes… »
C'est en tout cas maintenant au Conseil d'Administration du PMU, mardi prochain (26 octobre) de prendre les décisions d'urgence en nommant ad interim un(e) dirigeant(e). Cette période transitoire, dans le cadre du recrutement d'un nouveau responsable, ne devrait pas être sans conséquence sur "l'ambiance" générale au sein de la direction du PMU quand on sait que l'ensemble de l'équipe de direction a été entièrement renouvelée par Cyril Linette depuis son arrivée en 2018.

A voir aussi :
...
La pépite du mois
Just Love You ouvre la voie

LeTROT vient de lancer une nouvelle consultation sur son compte Twitter baptisée "La pépite du mois". Chaque mois, il s'agira d'élire son coup de cœur au sein d'une liste d'espoirs qui se sont mis en lumiè...

Lire la suite
...
Etoile de Quesny : la patience paie

Belle jument alezane, Etoile de Quesny (Legs du Clos) n'a pas mis longtemps à retrouver son meilleur niveau. Après une rentrée en octobre, la protégée de Jean-Pierre Thomain était présentée pieds nus et s'est ré...

Lire la suite
...
It's A Dollarmaker :
une machine à rêve est en marche

Doté d'un physique de déménageur, It's A Dollarmaker a fait étalage de toute sa classe pour ses débuts sur la grande piste de Vincennes. Ce propre frère de Dollar Macker est tout simplement resté invaincu en ...

Lire la suite
...
Les matrones de la semaine : Gitane du Rib et Histoire Moderne, le modèle, mais aussi le pedigree

Une fois n’est pas coutume : ce n’est pas à une, mais à deux matrones que nous nous intéressons cette semaine, à savoir celles dont descendent les deux « reines de beauté » sacrées lors du Concours National de Sélection s’é...

Lire la suite