... © ScoopDyga
Actualité - 30.10.2021

Cleangame : la classe et le mental

Jean-Michel Bazire et Jean-Pascal Bragato
Retour du Grand Prix du Sud-Ouest 2021

Cleangame sera en lice, dimanche, à Lyon-Parilly, pour signer sa cinquième victoire consécutive de la saison dans le Grand Prix du Centre-Est. Après quoi, a-t-on appris, il est prévu qu’il participe à deux étapes du GNT, celles de Nantes et du Mans, avant de le voir parachever sa campagne dans la finale, à Vincennes. Ce hongre hors normes ne cesse de repousser ses limites, y compris depuis qu’il a été victime d’un problème à un suspenseur à la fin de l’été 2020, recouvrant ses moyens en moins d’un an.

Cleangame (Ouragan de Celland) n’a pas le palmarès le plus étoffé de l’histoire des castrats, mais il n’empêche qu’il en impose. À plus d’un titre. Se souvient-on que Cleangame a effectué la première partie de sa carrière sous la houlette de Sébastien Guarato ? Après que le poulain eut été qualifié, à Caen, en 1’17’’5, en fin d’année de 2 ans, par Grégory Thorel, il a fait ses premiers pas en compétition quatre mois plus tard, au début du printemps, sous l’entraînement de Sébastien Guarato, qui le gardera jusqu’à la fin de sa campagne de 5 ans et en obtiendra dix victoires, en vingt-deux sorties, au cours desquelles le cheval sera, aussi, sept fois disqualifié. Cependant, durant l’hiver 2017-2018, comme, par exemple, Duel du Gers (Quaker Jet), autre élément de valeur défendant les intérêts de Jean-Pascal Bragato et Jean-Michel Rancoule, Cleangame va quitter les boxes de Sébastien Guarato, pour rejoindre, en ce qui le concerne, ceux de Jean-Michel Bazire.

Cleangame, en bref et en chiffres
Hongre, bai, né en 2012, chez Alain Beaumont.
Qualifié le 2 décembre 2014, à Caen, en 1’17’’5.
■ 1ère course le 30 mars 2015, à Caen au monté ; disqualifié.
■ 1ère victoire, pour sa troisième sortie, le 28 février 2016, à Amiens.
■ 1ère victoire à Vincennes, le 7 mai 2016.
■ Au total, à ce jour, 61 sorties, 40 victoires, dont 11 de Groupe 2 et 17 de Groupe 3, pour 1.682.170 euros.
■ Record : 1’10’’8, dans le Prix du Luxembourg, sur les 2.100 mètres, autostart, de la grande piste de Vincennes, le 26 janvier 2019.
■ Principaux succès : Groupes 2, Prix de Buenos Aires (2018 et 2019), Grand Prix du Conseil Municipal de Vichy (2019 et 2020), Grand Prix du Sud-Ouest (2019 et 2021), Prix d’Eté (2020 et 2021), Prix Kerjacques (2019), Finale du Grand National du Trot (2019), Prix Jean-Luc Lagardère (2020) ; Groupes 3, 7 étapes du GNT (2018 et 2019), Grand Prix Anjou-Maine (2019 et 2021), Prix du Forez (2019), Prix du Luxembourg (2019), Prix de Joinville-le-Pont (2019), Prix du Bois de Vincennes (2019), Prix des Cévennes (2019), Prix Jean Dumouch (2019), Prix de Brest (2020), Grand Prix de la Fédération Régionale du Nord (2021).

Si Cleangame part donc chez Jean-Michel Bazire, son cadet d’un an Duel du Gers s’en va chez Matthieu Abrivard. Cleangame laisse Sébastien Guarato sur un succès, avec Björn Goop dans le sulky, le 28 décembre 2017, à Vincennes. Il va enchaîner, à partir du mois de février, par quatre victoires chez « JMB », dans des courses de niveau quinté et dans des étapes du GNT. La machine est véritablement lancée. Au cours de l’été qui suit, à 6 ans, le fils d’Ouragan de Celland franchit un cap en remportant son premier Groupe 2, le Prix de Buenos Aires, sur 4.175 mètres, à Enghien. Il reprend ensuite son périple du GNT, collectionnant les succès d’étapes, mais, contre toute attente, échoue dans la finale, où il doit se contenter de la troisième place, la course étant remportée par son camarade d’entraînement et de casaque, Blé du Gers, autre hongre.

« Se souvient-on que Cleangame a effectué la première partie de sa carrière chez Sébastien Guarato… et qu’il a débuté au trot monté ? »

Une défaite dont Cleangame va revenir plus fort que jamais en 2019, la saison de ses 7 ans, au cours de laquelle, en lice à seize reprises, il va gagner treize fois – dont six fois consécutivement, d’octobre à décembre – et se classer deux fois deuxième. Ses plus beaux succès, cette année-là : ses trois Groupes 2 successifs, du printemps à l’été, sur trois hippodromes différents, dans le Prix Kerjacques, à Vincennes, le Grand Prix du Conseil Municipal, à Vichy, et le Prix de Buenos Aires, à Enghien, sachant que deux autres viendront enrichir son palmarès, en fin de période, à la faveur du Grand Prix du Sud-Ouest et de la Finale du Grand National du Trot, dans laquelle il prend une complète revanche.

Des débuts sous la selle, avant castration
Les deux premières courses de Cleangame, au printemps de ses 3 ans, se déroulent sous la selle, sur le même hippodrome de la Prairie, à Caen. Le cheval débute, encore entier, monté par David Thomain. Il est visiblement compliqué et se montre fautif les deux fois, mais il dévoile aussi de gros moyens, accomplissant, en l’une et l’autre occasion, de saisissants retours, à l’extérieur de ses rivaux, laissant des regrets comme l’on dit. Il disparaîtra des programmes pendant dix mois et nous reviendra à 4 ans, castré et assagi, même s’il ne sera pas encore à l’abri d’une bévue. Il n’en gagnera pas moins quatre de ses cinq premières courses cette année-là.

L’exercice 2020 sera celui de la blessure, mais encore d’une série d’autres belles victoires, la deuxième dans le Grand Prix du Conseil Municipal de Vichy, la première dans le Prix d’Eté… Dans la foulée, cependant, le cheval se met à souffrir d’un antérieur, victime d’un problème de suspenseur ; une pathologie toujours complexe à résoudre, surtout à un âge avancé – il a alors 8 ans révolus – comme le sien. Qu’à cela ne tienne : son entourage prend les choses à bras le corps, redouble de soins à son endroit et le crack réagit positivement, favorablement, un peu comme ces sportifs humains qui, blessés et en fin de carrière, ne veulent pas pour autant laisser la mauvaise fortune décider pour eux et les faire sortir du jeu plus tôt qu’ils ne le souhaitent. C’est le mental, alors, qui commande le physique. C’est cela, aussi, Cleangame : de la classe, beaucoup de classe, complétée d’un moral et d’un mental à nuls autres pareils. En moins d’une année, il est à nouveau d’attaque, pour remporter un deuxième Prix d’Eté successif, puis ses deuxièmes Grand Prix Anjou-Maine et Grand Prix du Sud-Ouest. Cela relève de l’exploit, d’autant qu’il enchaîne les courses, à intervalles courts et réguliers.

Un palmarès moindre, mais un talent identique
Cleangame n’a certes pas le palmarès international – il n’a même jamais paru, à ce jour, en dehors de nos frontières – et de Groupe 1 de certains autres grands hongres qui nous viennent à l’esprit, tels Iris de Vandel (Invitational Trot), Quellou (Grand Prix d’Aby, Grand Prix des Pays-Bas), L’Amiral Mauzun (Elitloppet, Grand Prix d’Oslo, Kymi Grand Prix, Forus Open, Hugo Abers Memorial, Grand Prix de Wallonie), Rapide Lebel (Grand Prix d’Aby, Kymi Grand Prix, Prix Saint-Michel, Grand Prix de Wallonie) ou encore Aubrion du Gers (Kymi Grand Prix, Grand Prix de Wallonie), son plus célèbre prédécesseur, pour le tandem Bazire-Bragato, mais il n’empêche qu’il s’inscrit, incontestablement, dans cette lignée. Si nous étions aux Etats-Unis, une « match race » entre lui, Face Time Bourbon et quelques uns de nos meilleurs mâles et femelles serait susceptible d’être organisée, comme le fut, jadis, le duel entre Ourasi et Mack Lobell, le resté célèbre « March of Dimes Trot », finalement arbitré par Sugarcane Hanover. En France, ce genre de course-spectacle, créée de toutes pièces, pour vider une querelle sportive, ne fait pas partie de la tradition. Dans la mesure où nos plus grandes courses sont fermées aux hongres, c’est éminemment regrettable.

Reçus six sur sept
S’il n’a connu que deux entraîneurs, Sébastien Guarato et Jean-Michel Bazire, Cleangame a été drivé ou monté par sept professionnels différents et il s’est imposé avec six d’entre eux. Il s’agit, durant la période « Guarato », de Glenny Delaune (quatre victoires), Eric Raffin (trois victoires), David Thomain (deux victoires) et Björn Goop (une victoire), puis, durant sa période « Bazire », de « JMB » lui-même, bien sûr (vingt-six succès), Alexandre Abrivard (deux succès) et, à nouveau, Eric Raffin (deux succès). Romain Congard, bras droit de Jean-Michel Bazire, est le seul, parmi les sept, qui n’ait pas passé le poteau en vainqueur avec lui, mais il ne l’a mené qu’une fois et c’était lors de sa rentrée, après près d’un an d’absence, dans l’étape malouine du GNT, en août dernier.


LES FORCES EN PRÉSENCE DANS LE GRAND PRIX DU CENTRE-EST


CLEANGAME, EN ÉPOUVANTAIL

Une chose est sûre : Cleangame (Ouragan de Celland) a fait le vide, n'ayant, en fin de compte, que six opposants. En lice pour une cinquième victoire consécutive, depuis un peu plus d'un mois et demi, il a toutes les chances de parvenir à ses fins, ne serait-ce que parce qu'il n'a pas d'adversaire à sa véritable mesure. En effet, sans leur faire injure, ni Cristal du Lupin (Ganymède), Classic Haufor (Jag de Bellouet), Valzer di Poggio (Love You), Epic Julry (Nice Love) et Crack Money (Singalo), même vingt-cinq mètres devant, ni Elsa de Belfonds (Tornado Bello), au même poteau que lui, ne paraissent avoir vraiment la "pointure" face au champion hongre. Le montant de ses gains est quasiment trois fois plus élevé que celui du plus riche de ses rivaux, en l'occurrence la jument - la seule du lot - Elsa de Belfonds. Dans le même ordre d'idées, il reste sur quatre succès, tout frais, là où ses six contradicteurs n'ont pas gagné, au mieux, depuis le printemps ou l'hiver. Autrement dit, non seulement Cleangame est le cheval de classe, mais il est le cheval en forme, habitué, qui plus est, des Grands Prix régionaux, puisqu'il vient de s'en adjuger trois, du nord au sud, à Amiens, Angers et Beaumont-de-Lomagne. De la sorte, il poursuit son périple.

Revue de l'opposition
De retour d'Italie, où elle a honnêtement figuré dans le Grand Prix des Nations, Elsa de Belfonds, la seule à s'élancer à ses côtés, au second échelon, est une dauphine potentielle, de même que Crack Money, le cheval du GNT, et Valzer di Poggio, qui, en rupture de Vincennes, a les moyens de refaire un peu parler de lui. La jument de Thomas Levesque et Nicolas Ensch n'est cependant pas déferrée, ici, et n'est sans doute pas dans sa meilleure configuration. Quant au hongre de Patrick Terry, il a pour lui ses grandes facultés d'adaptation ; en d'autres termes, d'être à l'aise partout, ayant gagné, cette année, les étapes du GNT de Maure-de-Bretagne, puis de Laval et s'étant placé dans celles des Sables-d'Olonne et d'Argentan. L'autre représentant de Jean-Michel Bazire, enfin, est à la recherche de son meilleur rendement cette saison, après une année 2020 au cours de laquelle, en retard de gains, il a enchaîné les succès, alignant onze petits bâtons de juin à novembre; confié à Romain Congard, bras droit du "boss", il a le profil pour disputer l'arrivée. Les trois qui complètent le champ auront, de leur côté, davantage de mal, qu'il s'agisse des deux "Terry", Cristal du Lupin et Classic Haufor - l'entraîneur manchois est ainsi triplement représenté, sachant qu'il aligne aussi Crack Money -, ou du régional de l'étape, Epic Julry.

Pour boucler la boucle

La série en cours de Cleangame est, peut-être, la meilleure et la plus belle pour lui, qui n'a jamais gagné plus de six courses de suite au cours d'un même exercice. Or, si tout se passe bien jusqu'à la fin de l'année, programme annoncé à la clef, il est à même, en cette saison 2021, de faire mieux encore. Transformer l'essai à Lyon, dimanche, sera la première étape, avant d'en faire autant à Nantes et au Mans, dans les étapes du GNT, ce qui, sauf imprévu, apparaît largement dans ses cordes. L'épreuve finale du grand tour français, à Vincennes, sera ensuite un peu comme la cerise sur le gâteau.

PARTANTS LYON (A PARILLY) - Dimanche 31 Octobre
8 GRAND PX DU CENTRE-EST-GONTRAN DE NOBLET - (15H32)
Course Premium - Attelé - Gr 3 - Internationale - 100 000 € - 2 850 m
1CRISTAL DU LUPIND4Y. A. Briand
2CLASSIC HAUFORD4S. Cingland
3VALZER DI POGGIODPR. Congard
4EPIC JULRYPAJ. P. Gauvin
5CRACK MONEYD4C. Terry
6ELSA DE BELFONDS (+25 m)N. Ensch
7CLEANGAME (+25 m)D4J.-M Bazire
A voir aussi :
...
Coupe des Amateurs :
la finale des passionnés

C’est l’un des rendez-vous majeurs de la saison pour les amateurs. Après avoir gagné leurs billets lors des demi-finales la semaine dernière, quatorze amateurs disputent samedi à Vincennes le Prix Maurice Thévenon, la Finale de la ...

Lire la suite
...
Le Prix Jacques de Vaulogé,
un Critérium avant la lettre

Le Prix Jacques de Vaulogé est au menu des prétendants au Critérium des 3 Ans depuis les années 1930, honorant la mémoire d’une figure, normande, de l’institution des courses au trot, de la fin du dix-neuviè...

Lire la suite
...
Le Prix Jacques de Vaulogé,
un Critérium avant la lettre

Le Prix Jacques de Vaulogé est au menu des prétendants au Critérium des 3 Ans depuis les années 1930, honorant la mémoire d’une figure, normande, de l’institution des courses au trot, de la fin du dix-neuviè...

Lire la suite
...
Les matrones de la semaine : Gitane du Rib et Histoire Moderne, le modèle, mais aussi le pedigree

Une fois n’est pas coutume : ce n’est pas à une, mais à deux matrones que nous nous intéressons cette semaine, à savoir celles dont descendent les deux « reines de beauté » sacrées lors du Concours National de Sélection s’é...

Lire la suite