... ©ProvinceCourses
Actualité - 23.09.2020

L'Écurie des Charmes et Doberman en première ligne

Le label "Danica" commence à être reconnu.
Carine Romarie

Après une journée inaugurale très positive, la session de mercredi aux Ventes de Trotteurs de Caen a continué dans le même rythme avec une conclusion à 484 000€ de Chiffre d'Affaires ( 100 000 par rapport à 2019). Au coeur de cette journée l'Écurie des Charmes a souhaité transmettre un message aux éleveurs faisant confiance à leurs étalons.

Et en particulier à Doberman, lequel devient l'étalon numéro 1 de ses deux premières journées de ventes. Chacun de ses produits a trouvé acquéreur et le marteau n'est tombé qu'à des prix supérieurs à 13 000€. Hier mardi avec Jevons, acquis 16 000€ par Sébastien Ernault ("C'était l'un des plus beaux poulains de cette première journée", nous avait-il déclaré) pour un de ses clients et Jaguar de Tillard, acheté lui par l'Écurie des Charmes. Jacky Marteau, le patron des achats de la structure de Lucien Urano, donnait le ton.
Confirmation mercredi avec cette fois les acquisitions de Joker d'Aure (lot 175) pour 15 000€ puis de
Jacadi Danica, petit-fils de Jag de Bellouet, pour la somme de 20 000€ (meilleur prix à égalité avec Jazz d'Atalante- voir page suivante).
La stratégie est précise. "Les premiers produits de Doberman sont plus que prometteurs, mâles comme femelles, et dans la continuité des choses, M. Urano et l'Écurie des Charmes, soutiennent leurs étalons et c'est chose faite aujourd'hui. C'est d'autant mieux quand on a affaire à des poulains bien élevés comme ceux du jour. Concernant Jacadi Danica, c'était un poulain qui sortait du lot physiquement. Il représente de surcroît une souche des Rouges Terres qu'on connait bien avec Georgia comme 3ème mère", a expliqué Jacky Marteau.

Plus tard dans la soirée, le cinquième Doberman du catalogue, Jalzano du Bocage (lot 209), faisait afficher 15 000€, confirmant la position de leader des étalons pour son géniteur et la stratégie : lui aussi a été acquis par l'Écurie des Charmes.

Les "Danica" aux ventes de Caen, cela commence à être une vieille histoire. Cela fait en effet dix ans maintenant que Carine Romarie présente des produits issus de son élevage mayennais à La Prairie aux côtés des yearlings que le Haras de la Paumardière prépare aussi pour des clients pour le rendez-vous normand. Sur le ring caennais sont ainsi montés entre autres en 2014 Eclipse Danica (vendue 2 500 € et titulaire de plus de 280 000 €) et en 2018 Inoui Danica (vendu 2 000 € et l'un des actuels meilleurs mâles de sa génération). Mais jamais encore, un "Danica" n'avait fait afficher 20 000 € comme Jacadi Danica (Doberman) ce mercredi. "Au début, c'est vrai qu'on ne vendait pas à ces prix-là, se souvient Carine Romarie. Cela s'explique je pense par le fait qu'on a sélectionné de plus en plus à la fois nos poulinières et les étalons auxquels nous les présentons. Le label "Danica" commence à être reconnu."

Cette reconnaissance n'empêche pas les bonnes surprises comme celle de Jacadi Danica. "Franchement, c'est inattendu pour moi de faire un top à 20 000 € avec ce poulain parce que c'est le premier produit d'une mère qui n'a pas été qualifiée. L'histoire est assez simple : je voulais absolument acheter une poulinière fille de Jag de Bellouet. C'est à la suite d'une petite annonce publiée sur le site internet trotannnonces que j'ai contacté M. Gallier qui vendait donc Divine. Même si elle n'était donc pas qualifiée, je n'ai pas hésité à l'acheter. Avec le recul, je me rends compte que les professionnels préfèrent quand même des mères qui ont des performances en course. Mais cela n'a pas empêché le poulain de faire ce top price." Un top price réalisé avec un produit de Doberman dont Carine Romarie a acheté une part. "C'était un bon performer. L'an dernier, j'avais été un peu déçu par les résultats aux ventes mais, cette année, il plaît incontestablement. Il fait des qualifiés et les premiers résultats en courses sont bons."


Ventes de Caen - mercredi 23 septembre - les indicateurs
Chiffre d'Affaires 484 000 € (versus 378 000 € en 2019) soit 28 % de progression
% de vendus : 73,5 % (74 % en 2019)
Prix moyen : 6 210 €



FOCUS SUR LES PRINCIPAUX TOPS
#1 Jazz d’Atalante (M) (lot 147) par Quinoa du Gers et Tanerka (Orlando Vici)
Prix : 20 000 € - Acquéreur : Anonyme
Alain Laloum qui a signé le bon d’achat pour un client resté anonyme : « Ce très beau poulain a beaucoup plu à mon client qui a vu la vidéo de présentation sur le site des ventes, ce qui est un nouveau service proposée par les Ventes de Caen cette année qu’il faut souligner et encourager. De conformation, il était parfait. C’est un fils de Quinoa du Gers qui fait des gagnants. Je ne pensais pas quand même qu’il allait attendre ce prix. »

#3 Jasmine de Loison (F) (lot 179) par Goetmals Wood et Maya de Neuvy (Capriccio)
Prix : 16 000 € - Acquéreur : Thomas Levesque
Thomas Levesque : « La pouliche est faite en Goetmals Wood. Je pense qu’elle vaut son prix. C’est un achat en association avec Pascal Covin (N.D.L.R. : propriétaire notamment de Simba de Nacre). »

#6 Jaguar de Godrel (M) (lot 146) par Un Amour d’Haufor et Belle d’Orlando (Orlando Vici)
Prix : 14 000 € - Acquéreur : Philippe Allaire
Christophe Toulorge : « C’est vraiment un beau poulain, très bien présenté qui plus est. Il plaît beaucoup à Philippe (Allaire). Il est fait pour faire un cheval de course. »

#6 Jeorge (M) (lot 206) par Dollar Macker et Romane d’Hermès (Fleuron Perrine)
Prix : 14 000 € - Acquéreur : Philippe Allaire
Hervé Lair qui a signé le bon d’achat : « J’avais Philippe Allaire au téléphone pour ce joli poulain par Dollar Macker qui lui a plu et qui se déplace bien. »

#6 Jackson Paris (M) (lot 212) par Classic Way et Amie Colline (Memphis du Rib)
Prix : 14 000 € - Acquéreur : Sylvain Dupont
Sylvain Dupont : « J'ai bien aimé son modèle, il a de bons tissus et son papier est très intéressant. De plus, il se déplace bien. J'ai acheté deux poulains aujourd'hui (lire mercredi), deux Classic Way, un cheval que j'aime bien. Les deux sont complètement différents. »

Philippe Allaire et les ventes de Caen
Philippe Allaire a acheté deux des quinze poulains ayant dépassé la barre des 10 000 €, avec Jaguar de Godrel et Jeorge. Dans un passé relativement récent (depuis 2013), l'homme du Haras de Bouttemont était apparu à deux reprises dans la colonne des acheteurs à Caen.


Retour sur mardi
La première journée de ces ventes de Caen a été particulièrement active, avec un chiffre d'affaires qui a réussi à passer la barre des 500 000€. Ce qu'on aurait pu croire sur le moment constituer un record mais non. Le total le plus élevé est toujours pour la deuxième vacation du millésime 2016 et ses 503 300€ d'enchères et surtout 93 % de vendus ! Hier, ce sont tout de même 83 % de yearlings qui ont fait l'objet d'une transaction. En cette année 2020 qui pouvait laisser craindre une activité timide, c'est un très joli score, le deuxième meilleur de l'histoire de ces ventes de service.
Il y a eu exactement autant de mâles que de femelles vendus lors de cette vente, mais pour des prix moyens bien différents :
poulains = 6 995 €
pouliches = 4 637 €

A voir aussi :
...
Goeland d'Haufor contrôle et sprinte

Neuvième victoire de la carrière de Goëland d'Haufor (Voltigeur de Myrt), la neuvième dans le cadre d'un meeting d'hiver. Triplement lauréat durant le meeting 2019-2020, quadruple vainqueur lors de l'exercice précédent, le voici ...

Lire la suite
...
18 restants engagés dans la Q#2 Prix d'Amérique Races ZEturf

Après l'enregistrement des forfaits ce mercredi, 18 restants figurent sur la liste des engagés à la Qualif#2 Prix d'Amérique Races ZEturf (Gr.2). Les montes de Face Time Bourbon (Ready Cash), Davidson du Pont (Pacha du Pont), Délia du ...

Lire la suite
...
Série nouveaux étalons (#9)
Goût Baroque 1'11''

Haras de Vains (50) 300 €, à la réservation, + 2.500 €, poulain vivant Goût Baroque 1’11’’, c’est, d’abord, un palmarès, solide, étoffé, circonstancié. Dix succès, à ce jour, pour plus de 350.000 euros de gains. Un palmarès classique, qui l’a vu ...

Lire la suite
...
Les matrones de la semaine : Gitane du Rib et Histoire Moderne, le modèle, mais aussi le pedigree

Une fois n’est pas coutume : ce n’est pas à une, mais à deux matrones que nous nous intéressons cette semaine, à savoir celles dont descendent les deux « reines de beauté » sacrées lors du Concours National de Sélection s’é...

Lire la suite