... © Aprh
Actualité - 15.11.2021

Le parfait timing d'Éric Raffin dans la course au record

La 345e victoire de 2019, celle du record, signée... le 31 décembre et les félicitations de Jean-Michel Bazire.

En ajoutant quatre victoires ce week-end à son compteur de l'année, Éric Raffin affiche désormais 300 points à son tableau de marque annuel. Le double Sulky d'Or en titre peut-il pousser un peu plus loin les murs de la maison du trot en battant le record annuel de victoires, établi à 345 par Jean-Michel Bazire en 2006 et qu'il a déjà égalé en 2019 ? La réponse est oui.

Pas vraiment de surprise à voir le numéro 1 français conclure tête de liste du week-end dans le tableau des pilotes. En signant sa 300e victoire, Éric Raffin entre dans un autre univers. Les drivers et jockeys qui franchissent le cap des 300 titres par an ne sont pas légion. Jean-Michel Bazire l'a réalisé sept fois lors de sa longue mandature au sommet du trot national : en 2003 (309), 2004 (310), 2006 (345), 2007 (307), 2008 (312), 2009 (316) et 2010 (307). Yoann Lebourgeois a pris le relais en 2018 lors de son titre national avec 324 victoires. Et depuis, Éric Raffin est devenu l'acteur des hautes altitudes du trot, avec 345 succès en 2019 et 310 l'an dernier. Une année, il ne faut pas l'oublier, amputée de deux mois en raison de la crise sanitaire, ce qui rehausse encore le score et plaçait en fait le professionnel virtuellement sur une base supérieure à l'actuel record.
Et maintenant, l'information essentielle dans la quête d'un nouveau record : en 2019, Éric Raffin en était à 299 victoires au 14 novembre. Sa 300e avait été réalisée le 15 novembre. Incroyable et parfaite concordance des temps !
Un record « compliqué mais pas impossible »
Dimanche à Nantes, la 300e victoire d'Éric Raffin obtenue avec Geny Speedhycat (Voltigeur de Myrt) avait un goût amer. L'information a bien sûr été largement reléguée à l'arrière plan au regard du drame de la réunion : le décès de Pascal Joly à la suite d'une crise cardiaque. Le professionnel vendéen nous déclarait ainsi : « C'est bien d'atteindre ce cap à cette date et à Nantes mais, aujourd'hui [lire dimanche], ce n'est pas le contexte dans lequel j'aurais souhaité que cela se passe. La journée a été marquée par le décès brutal de Pascal (Joly) en course. »
Pour revenir à son score, Éric Raffin nous a aussi commenté : « 300, c'est beau. Logiquement, on va jouer pour essayer de titiller le record. Ça paraît jouable. Même si c'est très compliqué, ce n'est pas impossible. »

Des statistiques en faveur d'un nouveau record
D'un point de vue calendaire, le double Sulky d'Or en titre est en avance de 24 heures sur 2019 quand il en était à 299 victoires au 14 novembre au soir, marquant sa 300e marque le 15 novembre. Nous sommes le 15 novembre, deux ans plus tard, et le score du professionnel affiche dorénavant exactement le même score. Voilà donc un moment de l'année où les deux courbes du nombre de victoires, celles de 2019 et 2021, se rejoignent exactement.
Lire les tableaux de marque détaillés, mensuellement, d'Éric Raffin en 2019 et 2021 en bas de page.

Pour en arriver là, Éric Raffin a pourtant moins couru cette année : 1.524 fois contre 1.577 (-3,4 %) au 14 novembre au soir. Sa réussite gagnante est donc supérieure (19,7 % contre 19,0 %). Le constat vaut aussi si on l'étend aux trois premières places du podium : 44 % cette année contre 42 % en 2019.
De ce point de vue, cela ouvre les plus grandes perspectives. Pour réussir à aller chercher (égaler) le record de Jean-Michel Bazire en 2019, le pilote avait mis les bouchées doubles après la mi-novembre, courant 95 fois dans la seconde quinzaine du mois et 167 fois en décembre. Il n'a été qu'une fois à ce niveau de participation cette année, affichant 169 montes en juillet. Pour engranger les 45 succès manquants, ou plutôt les 46 dès lors qu'on se projette dans une perspective de « battre le record », il va encore lui falloir augmenter sa présence en fin d'année. À données constantes (avec une efficacité 2021 supérieure à celle de 2019), sur la base d'un périmètre de courses comparable à 2019, alors Éric Raffin ne peu que battre son record. Voilà pour la théorie.





Le soutien des « fournisseurs »
Le record ne se fera que si les fournisseurs du Sulky d'Or lui font confiance, voire pour les plus importants et influents, lui réservent quelques chevaux lors des six prochaines semaines. Le rôle de l'agent et conseiller, Éric Fournier, sera aussi et bien sûr déterminant dans le processus. Cette année, Éric Raffin compte six entraîneurs pour lesquels il a marqué plus de dix fois : Jean-Michel Baudouin (30), Franck Leblanc (17), Sébastien Guarato (16), Charles Dreux (13), Yves Dreux (12) et Philippe Allaire (11). C'est par eux qu'arrivera une partie de la solution. Le reste sera à puiser dans l'important vivier d'entraîneurs qui font confiance à Éric Raffin : le catch-pilote a eu au moins un partant de 289 entraîneurs différents cette saison. C'est néanmoins moins qu'en 2019 où il comptait des partenaires de 308 entraîneurs différents au 14 novembre et 333 sur l'ensemble de l'année. Parmi ses montes, il ne pourra compter que sur une sortie, dimanche prochain, de Face Time Bourbon (Ready Cash), la suivante étant programmée au début du mois de janvier dans le Prix de Bourgogne. Restent Izoard Védaquais (Bird Parker), huit victoires cette année, Freeman de Houelle (Vigove), cinq, etc.

Une saison de même dimension par les gains
Avec pratiquement 8,5 M€ collectés par ses partenaires cette saison, Éric Raffin est dans le même tempo qu'en 2019 où il avait flirté avec les 9,5 M€.

A voir aussi :
...
La pépite du mois
Just Love You ouvre la voie

LeTROT vient de lancer une nouvelle consultation sur son compte Twitter baptisée "La pépite du mois". Chaque mois, il s'agira d'élire son coup de cœur au sein d'une liste d'espoirs qui se sont mis en lumiè...

Lire la suite
...
Etoile de Quesny : la patience paie

Belle jument alezane, Etoile de Quesny (Legs du Clos) n'a pas mis longtemps à retrouver son meilleur niveau. Après une rentrée en octobre, la protégée de Jean-Pierre Thomain était présentée pieds nus et s'est ré...

Lire la suite
...
It's A Dollarmaker :
une machine à rêve est en marche

Doté d'un physique de déménageur, It's A Dollarmaker a fait étalage de toute sa classe pour ses débuts sur la grande piste de Vincennes. Ce propre frère de Dollar Macker est tout simplement resté invaincu en ...

Lire la suite
...
Les matrones de la semaine : Gitane du Rib et Histoire Moderne, le modèle, mais aussi le pedigree

Une fois n’est pas coutume : ce n’est pas à une, mais à deux matrones que nous nous intéressons cette semaine, à savoir celles dont descendent les deux « reines de beauté » sacrées lors du Concours National de Sélection s’é...

Lire la suite