... ©Aprh
Actualité - 22.11.2021

Face Time Bourbon encore plus fort que l'an dernier ?

Ce sera une grosse année pour lui
Sébastien Guarato sur Équidia

Chacune des sorties du crack Face Time Bourbon (Ready Cash) est un événement en soi. Alors sa présence hier au départ du Prix d'Amérique Races Qualif #1 - Prix de Bretagne ne faisait pas exception à la règle. Le double tenant du titre du Prix d'Amérique - Legend Race a comblé toutes les attentes et encore plus même en balayant l'adversité. Sans pour autant se montrer humiliant car pour briller Face Time Bourbon a livré une superbe partition débouchant sur le nouveau record de la course et un spectacle superbe dans le dernier virage. Il marche déjà sur le meeting d'hiver et a frappé un grand coup en vue dans l'esprit de ses rivaux ambitieux pour le 30 janvier. Parmi les analyses du lendemain, il est légitime de poser une question : et s'il était encore plus fort que l'an dernier ?

Un mot tout d'abord sur l'ambiance qui régnait en ce premier dimanche du meeting d'hiver. Les inconditionnels de Vincennes avaient répondu présents, bravant des conditions climatiques franchement de saison. Ils ont pu prendre possession de leur aires préférées et la vue d'un restaurant panoramique vivant fait partie des impressions agréables de cette journée. Tout comme l'animation moderne, très colorée et très réussie, diffusée simultanément sur les baners et le grand écran de Vincennes en prévision de l'arrivée des champions sur la piste. C'était alors à eux de jouer !
Il n'est plus question de manier le suspense : on sait donc que Face Time Bourbon (Ready Cash) a remporté avec brio une course qui aura mis du temps à démarrer, après plusieurs reprises de départ. Pas de quoi perturber le champion ni son partenaire double Sulky d'Or Éric Raffin, le nouveau pilote attitré du crack. 2700m plus loin, sur son terrain de jeu favori, le duo allait donc s'imposer en s'offrant le luxe de mettre le moteur au ralenti sur les 100 derniers mètres (voir en page 2 les partiels). Il s'agissait alors de leur huitième victoire commune, la première sur le tracé du Prix d'Amérique zeTURF - Legend Race, sur lequel Face Time est lui invaincu : "Et j'espère bien qu'il le restera" commentait après course Éric Raffin (voir en page 2 les 7 succès en question).
Le record de Face Time Bourbon
Pour s'imposer, Face Time Bourbon a donc mis les formes et a établi le nouveau record d'une course parfois tactique à deux mois du rendez-vous ultime. Il n'empêche que le crack a bouclé ses 2700m en 1'11''4 en réduction kilométrique. L'analyse de ses données Tracking font apparaître une montée en 1'10''/1'11'' avant une accélération dès l'intersection des pistes pour une vitesse maximale en 1'08''3 entre la sortie du virage et le poteau des 200 derniers mètres. Le virage, secteur où Face Time Bourbon excelle, a été négocié en 1'09'' de moyenne (voir le graphique ci-dessous). Soit, ses standards devenus habituels (et pourtant stratosphériques) quand on compare par exemple avec sa performance dans le dernier Prix d'Amérique - Legend Race. Le tout alors qu'Éric Raffin "a des secondes dans les mains" disait hier soir Sébastien Guarato ! On en veut pour preuve le tout dernier partiel : les 100 derniers mètres couverts de façon totalement relâchée, comme si Face Time Bourbon était conscient de la réalisation du travail bien accompli : 1'14''8. Ce qui a aussi accentué une impression de vitesse de quelques-uns des bons finisseurs derrière.

Face Time Bourbon invaincu sur 2700m
C'est le grand 7 pour Face Time Bourbon sur les 2700m de la Grande Piste de Vincennes, son terrain de jeu favori. Sept courses, sept victoires et la ferme intention de passer à huit sur huit le 30 janvier prochain.
- 21 nov. 2021 : Prix d'Amérique Races Qualif#1 (1'11''4)
- 31 janv. 2021 : Prix d'Amérique - Legend Race (1'10''8 - record absolu)
- 26 janv. 2020 : Prix d'Amérique - Legend Race (1'11''5)
- 7 déc. 2019 : Prix Octave Douesnel (1'14''6)
- 31 août 2019 : Prix Jules Thibaut (1'11''2 )
- 16 déc. 2018 : Critérium des 3 Ans (1'14''4)
- 15 sept. 2018 : Prix de Montélimar (1'13''7)

Le programme : une question de long terme
Vu la déconcertante facilité avec laquelle le champion s'est imposé ce dimanche, on pouvait aussi se demander pourquoi ne pas tenter le grand chelem dans les Qualifs. La réponse de Sébastien Guarato se conjugue sur le long terme : il construit déjà l'après meeting d'hiver. Il expliquait dans le Grand Débrief dimanche soir sur Equidia : "On va essayer de gagner le Prix de France, course dans laquelle il a été battu deux fois, puis il y aura Cagnes-sur-Mer. Ce sera une grosse année pour lui car on visera ensuite le Prix de l'Atlantique et l'Elitlopp en mai. On va donc faire en sorte de ne pas trop le courir cet hiver. Il est un peu comme un galopeur, assez fin, dans le sang : il vaut mieux ne le courir qu'à bon escient." Le programme est donc bien confirmé et il faudra attendre l'an prochain pour revoir le crack : il donne rendez-vous dans la Qualif #3 - Prix de Bourgogne.

Entrée en lice de Delia du Pommereux dans la Qualif #2
Entre temps, nous aurons donc au programme la Qualif #2 - Prix du Bourbonnais dans trois semaines, au départ de laquelle on retrouvera la championne Délia du Pommereux (Niky), dernière tombeuse de Face Time Bourbon en France. Rencontré quelques instants après l'arrivée de la Qualif #1 et impressionné comme tout le monde par la démonstration de Face Time Bourbon, Sylvain Roger nous a donné des nouvelles de sa pensionnaire : "J'étais ce matin-même (lire dimanche) à Grosbois pour la travailler moi-même et les sensations étaient très bonne, je l'ai trouvée très bien. On se donne rendez-vous le 12 décembre."


Face Time Bourbon la locomotive
Les neuf premiers (ceux qui ont été chronométrés) de ce Prix d'Amérique Races Qualif #1 ont tous amélioré le précédent record du Prix de Bretagne. Et de façon spectaculaire puisque Wild Love (Love You), seulement neuvième fait mieux que Roxane Griff (Ténor de Baune), précédente détentrice du précédent record, de six dixièmes de seconde ! Même si on se situe dans la course fiction, dans la mesure où leurs chronos sont aussi consécutifs de la présence de Face Time Bourbon, on peut résumer en disant que les dix-douze premiers d'hier auraient remporté tous les Prix de Bretagne précédents dans l'histoire. Toujours au chapitre de la course-fiction, imaginez la compétition sans Face Time Bourbon : Étonnant (Timoko) aurait été un grand vainqueur (dans quel chrono ?) et aurait logiquement été désigné comme un futur favori du Prix d'Amérique - Legend Race... sauf que Face Time est bel est bien là.

Les sourires d'après course dans le clan Ganay de Banville
Si Jean-Michel Bazire, toujours perfectionniste, notait qu'il aurait pu encore mieux faire avec une ferrure plus adaptée, cela ne l'empêchait pas d'arborer un grand sourire, à l'instar de toute l'équipe de Ganay de Banville (Jasmin de Flore), co-propriétaires et éleveurs, lesquels ont fièrement posé pour une photo-souvenir. Être qualifié, c'est comme une victoire. Au rayon des conclusions, on notera qu'on connait ainsi la driver de l'homme aux vingts Sulkys d'Or : ce sera Ganay de Banville qui représente ses couleurs.

Les déçus
À ce "jeu", le plus frustré de cette Qualif #1 est certainement l'entourage de Violetto Jet (From Above), quatrième de peu face à un Ganay de Banville (Jasmin de Flore) tenace pour garder son billet qualificatif. La sensation peut tout de même aussi être positive dans la mesure où le protégé de Fabrice Souloy a signé une très bonne fin de course. À l'instar de Rebella Matters (Explosive Matter), la note visuelle et data de la course, finissant fort en pleine piste mais seulement sixième. Même remarque pour elle, le sentiment peut être double : dommage que ce ne soit pas passé mais l'espoir est là pour les prochaines occurrences qualificatives.

Ils devront mieux faire
Ce n'est en revanche pas encore ça pour plusieurs candidats à la qualification. Le lauréat de l'an passé, Diable de Vauvert (Prince d'Espace) devra monter en puissance pour avoir sa place sur la grille de départ le 30 janvier. Même si l'objectif déterminé, le Prix de Paris - Marathon Race, n'est que dans trois mois : il a le temps de voir venir. Fakir du Lorault (Vaillant Cash) a coincé pour finir mais signe le bon chrono d'1'11''9. Pour balayer le cauchemar de l'an dernier, une qualification dès la première étape aurait été un poids en moins : il faudra revenir. Pour Feliciano (Ready Cash), c'est ni bien ni mal. Restera autour de lui la question du pilote concomitante à celle de Delia du Pommereux (attendue dans trois semaines dans la Qualif #2) : David Thomain a le fessier entre deux sulkys.
Enfin, il reste le cas Zacon Gio (Ruty Grif). On n'a rien vu ce dimanche, l'Italien ne passant que Bilibili et Détroit Castelets. À revoir.

Côté chiffres
Entre les considérations calendaires mais aussi programmatiques et de crise sanitaire (le confinement num.2 était en vigueur l'an dernier à pareille date), les comparaisons de chiffres sont à relativiser. Soulignons tout de même que le chiffre d'affaires sur le bloc événementiel a progressé de 6%, au coeur d'une période globalement baissière pour cette offre Tiercé/Quarté+/Quinté+ et associés. L'autre chiffre concerne Face Time Bourbon, lequel a généré rien qu'à lui près d'un million d'euros d'enjeux sur ses chances au PMU (exactement 970 008€ - online et offline) !

À la télé
D'un point de vue audience, les scores sont très bons sur RMC Découverte avec 223 000 téléspectateurs en moyenne et un pic à 237 000 au moment de l'arrivée, soit une progression de +39% par rapport à l'an dernier.
Sur Equidia on a pu apprécier un nouvel habillage donnant un grand nombre d'informations instantanées sur le classement, désormais à la verticale rappelant celui de la Formule 1, la position du peloton sur la piste et le profil topographique de celle-ci, la vitesse (en km/h) et le compte-tours. Des innovations très intéressantes pour tous les publics.

A voir aussi :
...
La pépite du mois
Just Love You ouvre la voie

LeTROT vient de lancer une nouvelle consultation sur son compte Twitter baptisée "La pépite du mois". Chaque mois, il s'agira d'élire son coup de cœur au sein d'une liste d'espoirs qui se sont mis en lumiè...

Lire la suite
...
Etoile de Quesny : la patience paie

Belle jument alezane, Etoile de Quesny (Legs du Clos) n'a pas mis longtemps à retrouver son meilleur niveau. Après une rentrée en octobre, la protégée de Jean-Pierre Thomain était présentée pieds nus et s'est ré...

Lire la suite
...
It's A Dollarmaker :
une machine à rêve est en marche

Doté d'un physique de déménageur, It's A Dollarmaker a fait étalage de toute sa classe pour ses débuts sur la grande piste de Vincennes. Ce propre frère de Dollar Macker est tout simplement resté invaincu en ...

Lire la suite
...
Les matrones de la semaine : Gitane du Rib et Histoire Moderne, le modèle, mais aussi le pedigree

Une fois n’est pas coutume : ce n’est pas à une, mais à deux matrones que nous nous intéressons cette semaine, à savoir celles dont descendent les deux « reines de beauté » sacrées lors du Concours National de Sélection s’é...

Lire la suite