... ©Aprh
Actualité - 26.09.2020

Flamme du Goutier dans les pas de Bellino II et Alpha Barbés

Flèche Bourbon plus exposée que Flamme du Goutier
-

Quelle course en perspective ! Deux semaines après le Prix de l’Etoile, son équivalent monté, le Prix des Elites, s’annonce pareillement explosif, agrémenté, de surcroît, d’un dénouement a priori moins prévisible, tant Face Time Bourbon faisait figure d’épouvantail, l’autre jour, à l’attelage. Là, ils sont plusieurs à prétendre, légitimement, au succès, aussi bien parmi les cadets que dans les rangs des aînés. Le décryptage des forces en présence en est d’autant plus captivant.

Ils seront onze à s’élancer sous les ordres du starter. Quatre 3 ans au premier poteau, celui des 2.150 mètres, et sept 5 ans au second, celui des 2.200 mètres. On commence ainsi par constater l’absence des 4 ans, dans une compétition où ils sont, pourtant, les doubles tenants du titre, avec Flèche Bourbon (2019) et Elladora de Forgan (2018). Historiquement, cependant, les chevaux de 4 ans ne sont pas les plus performants dans cette course poursuite,
qu’ils ont remportée à neuf reprises depuis un demi-siècle, là où les 5 ans s’y sont imposés vingt-quatre fois et les 3 ans dix-sept fois. Net avantage aux 5 ans, donc, même si le passé récent est favorable aux 3 ans, qui comptent dix succès consécutifs entre 2007 et 2016.

Historiquement, les 5 ans prépondérants
Parmi les sept 5 ans en lice, un quatuor, avant le coup, se détache. Il est formé de Flamme du Goutier (Ready Cash), présente reine de l’été, Flèche Bourbon (Saxo de Vandel), prétendante au doublé, Feeling Cash (Ready Cah), toujours à la recherche de son premier succès de Groupe I, et Fado du Chêne (Singalo), en quête de rédemption.
Gagnante du Prix de Normandie, aux dépens de Flèche Bourbon et Feeling Cash, dans un temps record –1’12’’7–, tout en effectuant ses débuts sous la selle, Flamme du Goutier tente une passe de deux qui, sans être improbable, n’est pas, pour autant, monnaie courante, sachant que la dernière à avoir gagné le Prix des Elites, après avoir enlevé le Prix de Normandie, est Jirella, en 2002.
Il faut dire que l’exercice est très différent entre les 3.000 mètres, à départ égal, et les 2.200 mètres, assortis d’un rendement de distance de cinquante mètres. Depuis cinquante ans, les autres auteurs du doublé du Prix de Normandie et du Prix des Elites se nomment Iouky du Pré (2001), Courlis du Pont (1995), Alpha Barbés (1993), Tahita de Yet (1990), Speed Clayettois (1989), Reine du Corta (1988), Quel Soro (1987), Potin d’Amour (1986), Istraéki (1979), Elpénor (1975), Bellino II (1972) et Valmont (1970).
A l’épreuve du temps, le challenge n’apparaît donc pas insurmontable, mais les 3 ans trottant de plus en plus vite de plus en plus tôt, même ferrés, depuis, grossièrement, le milieu des années 2000 –jusqu’aux 1’11’’9 de Scipion du Goutier, « chaussé », en 2009 !–, il est sûrement plus difficile à réussir aujourd’hui qu’hier. La tentative de Flamme du Goutier est rehaussée par sa troisième place du Critérium des 5 Ans, dans l’autre discipline, séquence sinon insolite, du moins rare. Si elle venait à parachever son œuvre en vainquant dimanche, la jument imiterait Alpha Barbés (1993), lui aussi troisième du Critérium, en prélude à son coup de deux, ou encore Bellino II (1972), autre troisième du championnat attelé, avant de « faire tilt » sous la selle. Quant à Courlis du Pont (1995), il n’avait été « que » quatrième du Critérium des 5 Ans, en préalable à sa double réussite.

Sur la route d'un rare doublé
Flèche Bourbon pourra elle-même compter jusqu’à deux en cas de victoire demain, mais d’une manière différente, car elle prétend, pour sa part, à un second Prix des Elites, après celui remporté l’an passé. Depuis 1970, ils ne sont pas nombreux à avoir transformé l’essai, seuls Courlis du Pont (1994, 1995) et Bellino II (1971, 1972), l’un et l’autre vainqueurs à 4 et 5 ans –le profil, possiblement, de Flèche Bourbon–, étant dans ce cas.
De la sorte, statistiquement, la tâche qui attend l’élève de Rainer Engelke ne semble pas aisée ; moins que celle de Flamme du Goutier.
Feeling Cash, lui, aura à « briser la glace », étant abonné aux accessits dans les Groupes I, depuis ses débuts sous la selle, à 3 ans, comme deuxième du Prix d’Essai, de ce Prix des Elites, en 2018, et du Prix de Vincennes, puis comme troisième du Prix des Centaures et, à nouveau, comme deuxième du Prix des Elites, version 2019 ; cette année, on le trouve, successivement, à la troisième place du « Cornulier », à la deuxième des « Centaures » et à la troisième du « Normandie ».



D’une extrême régularité, le fils de Ready Cash ne demande qu’à concrétiser et à s’offrir son premier classique. Fado du Chêne, enfin, doit rassurer. Présenté déferré des postérieurs, comme Feeling Cash – alors que Flamme du Goutier et Flèche Bourbon évolueront D4 –, il est dans la configuration qui était déjà la sienne dans le Prix de Normandie, où il s’est montré fautif. Cette année, il a, du reste, été disqualifié quatre fois, en six sorties. Mais, si l’on retrouvait, dimanche, le cheval de ses 3 ans, lauréat du Saint-Léger des Trotteurs, du Prix d’Essai et du Prix de Vincennes, nul doute qu’il faudrait compter avec lui.

Restent à évaluer les chances du quatuor des 3 ans, les trois autres 5 ans présents paraissant barrés « au papier ». Théoriquement, il a une carte à jouer, trois de ses membres –Hudson Védaquais, Héra Landia et, implicitement, l’infortunée Hope On Victory– ayant prouvé qu’ils pouvaient trotter autour de 1’12’’5, sur les 2.175 mètres du Prix d’Essai, en juin, Hudson Védaquais s’imposant, ce jour-là, après que Hope On Victory se fut perdue dans ses allures, presque sur le fil, tandis qu’Héra Landia terminait tout près. Si ce « chrono » est répété, il obligera les aînés à trotter un petit 1’11’’ pour aller chercher les cadets, ce qui n’a encore jamais été fait, le record de la course, signé au second poteau, étant l’apanage d’Elladora de Forgan, lauréate il y a deux ans, en 1’11’’4. Moyennant quoi, théorie n’est pas pratique et, même si l’on sait Hope On Victory spécialement véloce et susceptible de « faire un truc » sur ce tracé, Hudson Védaquais particulièrement performant, lui aussi, sur le parcours –où il était invaincu en trois tentatives, avant sa disqualification du début de ce mois, dans le Prix de Basly–, voire Héra Landia et Hispanien capables de les accompagner longtemps, on pressent qu’il leur faudra tout de même sortir le grand jeu pour arriver les premiers à bon port.

Aux chronos / Records sur 2175m

Flèche Bourbon - 1'10''9
Feeling Cash - 1'11''1
Fado du Chêne - 1'11''5

PARTANTS VINCENNES - Dimanche 27 Septembre
6 PRIX DES ELITES - (16H25)
Course Premium - Monté - Gr 1 - 170 000 € - 2 200 m
1HOPE ON VICTORY (-50 m)M. Abrivard
2HISPANIEN (-50 m)A. Barrier
3HERA LANDIA (-50 m)J. Balu
4HUDSON VEDAQUAIS (-50 m)Y. Lebourgeois
5FOREVER SPEEDD4J. Raffestin
6FILLE VAULOGERD4P. Ollitrault
7FLAMME DU GOUTIERD4A. Wiels
8FLORE DE JANEIROD4M. Mottier
9FLECHE BOURBOND4A. Abrivard
10FADO DU CHENEDPP. P. Ploquin
11FEELING CASHDPE. Raffin
A voir aussi :
...
LeTROT s'engage avec Passerelle et la Fédération Française de la Reconversion

Le bien-être équin sous sa forme retraite et reconversion était à l'honneur ce dimanche à Vincennes avec la signature de conventions entre la société-mère et deux associations, Passerelle et la Fédération Française de la reconversion (...

Lire la suite
...
TETF : Eclat de Gloire impérial à Son Pardo

La 3ème étape du Tour Européen du Trotteur Français disputée dimanche sur l'hippodrome de Son Pardo (Espagne) a été largement dominée par Eclat de Gloire. Malgré un numéro 9 en seconde ligne derrière l'autostart, le ...

Lire la suite
...
UET Suède : Calgary Games et San Moteur répondent présent

Les deux éliminatoires suédoises ont livré leur verdict en parallèle de la batterie française remportée par Hirondelle Sibey (Gazouillis) à Vincennes. Tout récent vainqueur du Derby suédois (Gr.1) et toujours invaincu en huit tentatives, Calgary ...

Lire la suite
...
Les matrones de la semaine : Gitane du Rib et Histoire Moderne, le modèle, mais aussi le pedigree

Une fois n’est pas coutume : ce n’est pas à une, mais à deux matrones que nous nous intéressons cette semaine, à savoir celles dont descendent les deux « reines de beauté » sacrées lors du Concours National de Sélection s’é...

Lire la suite