...
Actualité - 07.12.2021

Face Time Bourbon vs Cleangame la possible rencontre des titans ?

L’idée a été lancée par Antonio Somma lui-même hier lundi sur les réseaux sociaux et fait déjà beaucoup de bruit. Le propriétaire de Face Time Bourbon propose d’organiser une course événement au printemps avec les dix meilleurs chevaux du monde dont bien sûr son crack Face Time Bourbon et le hongre Cleangame. Ce projet est évidemment attrayant et à la hauteur de ce qu’il porte en perspectives, c’est-à-dire pas simple à monter. La création d’un événement aussi exceptionnel, s’il se réalisait, offrirait une médiatisation spectaculaire des courses.

On n’est jamais mieux servi que par soi-même. Qui mieux qu’Antonio Somma, propriétaire d’une incroyable écurie avec l’archi crack Face Time Bourbon mais aussi Vivid Wise As, pouvait prendre à sa charge une telle initiative ? Personne. C’est lui qui possède la première clé du projet avec Face Time Bourbon. S’il n’adhérait pas à une telle initiative, celle-ci serait morte dans l’œuf. Qui mieux que les réseaux sociaux (RS) pour lancer l’idée ? Il y va d’une consultation à ce stade et on est bien au cœur du rôle et la place qu’occupent les RS dans nos vies. On lançait une bouteille à la mer il y a quelques siècles en espérant un miracle en retour. Avec les RS, les cibles se comptent en milliers et millions et réagissent immédiatement. Antonio Somma a donc diffusé son envie et son projet sous le nom « La course des rêves », soit les dix meilleurs trotteurs du monde réunis dans la même épreuve. On en parle.
Les motivations
Mais quelles sont les motivations d’Antonio Somma ? Gaetano Pezone, son agent en France, connaît bien ce projet, et nous le détaille : « C’est l’enjeu du spectacle maximal et la volonté de capitaliser sur Face Time Bourbon, pour l’ensemble des acteurs des courses, qui motivent M. Somma. Il parle bien des dix meilleurs chevaux du monde. Dans son idée, ce n’est donc pas un duel entre Face Time Bourbon et Cleangame. L’envie est de créer une affiche d’exception comme une finale de Champions League entre le Real de Madrid et le PSG par exemple. Pour l’instant, il lance l’idée sur les RS pour voir les réactions. De tous : des passionnés, des organisateurs, des sponsors. Son envie est aussi de voir beaucoup de monde sur un hippodrome avec une telle affiche. L’idée, c’est de créer un événement qui génère l’envie. Qu’après une telle épreuve, de nouveaux propriétaires se lancent dans les courses, de nouveaux joueurs s’intéressent aux courses. Tout reste à créer même s’il pense que le printemps pourrait être la bonne période. »

Une course médiatique avant tout
Oui mais pourquoi créer une course ? L’initiative part bien sûr du constat que le Prix d’Amérique ne répond pas au cahier des charges à 100 % d’un championnat du monde avec l’exclusion des hongres – et donc de Cleangame.
C’est le retour en sous-texte du débat entre la course de sélection et la course spectacle entre les meilleurs qui resurgit et a été arbitré dans le sens de la première par le Comité de LeTROT il y a un an. Les arguments d’Antonio Somma sont clairs : il s’agit de faire du bruit médiatique, de dépasser les frontières habituellement désignées aux épreuves hippiques, y compris à une course comme le Prix d’Amérique. On est dans l’événement et le spectacle pour faire du chiffre, à court terme (par les enjeux) et à long terme (par le caractère initiatique de l’événement et moteur dans la naissance de nouvelles passions hippiques).

Le contexte : pourquoi créer une course ?
Cette proposition part aussi du constat qu’aucune course ne permet aujourd’hui de répondre à l’idée d’Antonio Somma de réunir les dix meilleurs trotteurs du monde ensemble. L’Elitloppet ne pourra compter sur Cleangame depuis le refus de Jean-Michel Bazire de se rendre en Scandinavie – à moins qu’il ne délègue le « volant » du champion à un autre comme il l’avait fait avec Aubrion du Gers en 2019 (à Jos Verbeeck). Quant aux épreuves qui ont pu avoir l’ambition de réunir les meilleurs, elles ont toutes disparues. Le Trot Mondial a fait long feu après une édition sensationnelle en 2002 où Fan Idole avait défait Varenne devant les meilleurs trotteurs d’âge américains. L'International Trot américain, à Yonkers, n’a plus sa notoriété passée.
Il existe évidemment des épreuves où Face Time Bourbon et Cleangame pourraient se rencontrer en Europe. Les programmes italiens (avec le Premio Costa Azzurra comme première occurrence en avril pour les chevaux d’âge et bien d’autres par la suite) et scandinaves (Paralympiatravet, Finlandia Ajo, Elitloppet, etc.) regorgent de possibilités. Mais cela renvoie à l’acceptation des deux entourages des chevaux français désignés (Face Time Bourbon et Cleangame) de jouer en terrain étranger.

La réussite et référence
Le March of Dimes de novembre 1988 reste dans toutes les mémoires. Cette « course du siècle » imaginée autour des deux champions de l’époque Ourasi et Mack Lobell (premier trotteur à être passé sous la barre de 1’10) a bien mobilisé l’élite du trot mondial. Ils étaient dix au départ dont les meilleurs américains (Napoletano, Sugarcane Hanover-le vainqueur de la course finalement-, No Sex Please) et une représentation européenne avec Callit (outre Ourasi). Dotée de 600.000 $ grâce à un puissant sponsoring, l’épreuve a bénéficié d’une couverture médiatique importante et reste une référence en terme de "match du siècle". Si les deux champions ont été exemplaires, se livrant une lutte à couteaux tirés, c'est Sugarcane Hanover qui les a dominés, signant la plus grande performance de sa carrière.



Le tweet d'Antonio Somma annonçant le projet de course des meilleurs


L’événement et la puissance d'un sponsoring grand-public
S’insérer dans le programme actuel n’aurait sans doute pas, non plus, la portée de la création d’un événement nouveau et spécial. D’autant plus que la création d’une affiche à usage unique peut aussi avoir l’avantage de mobiliser des sponsors et partenaires inhabituels, prestigieux et forces de conquête vers d’autres univers. Il y a bien cette dimension envers les sponsors dans le tweet d’Antonio Somma. Intéresser et mobiliser Red Bull, Mercedes, Nike n’est peut-être pas une vue de l’esprit dans cette approche d’exception.
L'avis de Sébastien Guarato
Interrogé ce mardi soir à Vincennes par Equidia, Sébastien Guarato a donné son avis sur ce qui reste pour le moment un projet : "On n'a peur de rien avec Face Time Bourbon. Mais bon, il faut tout de même que les chevaux soient au top. Je me rappelle avoir couru Rapide Lebel contre Ready Cash et le mien n'était pas au top, du coup on avait pris une raclée, ce qui n'est pas le but. Le choix de la date ne sera pas simple entre le Critérium de Vitesse et l'Atlantique. Donc, il faut trouver la date et l'oseille (sic) avec le sponsor."

Les formules : les différentes options
Engagements payants
C’est le principe de la course qui été la plus dotée au monde : la Pegasus World Cup. Cette épreuve américaine mobilise un système d’engagement particulier avec la mise en vente des places à des prix très élevés. Lors de ses premières éditions, les douze places se négociaient à un million de dollars l’engagement. Ce pool est ensuite redistribué aux premiers. Lors de sa première édition, en 2017, le vainqueur a reçu sept millions de dollars.
Course sur invitation
Le principe est connu et fonctionne plutôt bien dans le cas de l’Elitloppet par exemple. Dans une logique des meilleurs mondiaux, il faudrait « ratisser large » et aussi trouver des conditions de course qui permettent à tout le monde de s’exprimer. Difficile d’attirer des américains sur le parcours des 2.700 mètres de la grande piste de Vincennes.
Le calendrier du printemps
Si Antonio Somma envisage d’ores et déjà le printemps, la période pose pourtant ne nombreuses questions. Le printemps propose un calendrier déjà chargé en Groupes 1 institutionnels et balisés. Citons seulement :
- le Critérium de Vitesse de la Côte d’Azur le 13 mars 2022,
- le Gran Premio Costa Azzurra au début avril à Turin,
- le Prix de l’Atlantique à la mi-avril à Enghien,
- la Paralympiatravet au début du mois de mai à Åby et la Finlandia Ajo à la même époque à Helsinki,
- et l’Elitloppet à la fin de mai à Solvalla.
Printemps, été, automne
Le printemps, qui correspond à la saison de monte, peut aussi exclure certains entiers engagés dans leur occupation d’étalon dont on sait la dimension rétributive et prioritaire pour certains entourages. Comment se passer d'eux dans une course qui veut rassembler les meilleurs performers du monde ?
L’automne aurait peut-être la capacité de réunir plus de champions, en sus de Face Time Bourbon et Cleangame, au top de leurs conditions compte tenu des calendriers européens et nord-américains. On est là aussi dans une logique de finale comme avait été un temps imaginée la Coupe du Monde du Trot (abandonnée en 2007). Et puis entre les deux, il y a l'été et le Prix du même nom qui pourrait être le théâtre de ladite course.

Le pays organisateur
À ce stade, tout reste à inventer. La France n'a pas de prérogative dans la course des rêves. En revanche, si un tel événement devait s'organiser en France, il faudrait que LeTROT accepte d’organiser une épreuve qui ne rentre pas dans les canons classiques et déroge (sous l’angle par exemple des engagements et/ou des invitations) au code actuel des courses. Il faudrait accepter une exception à la règle. Mais comment refuser quelques aménagements dans une démarche qui se veut médiatique et qui serait hors du périmètre des contraintes imposées par la logique de sélection ?

Au galop
La création de nombreuses courses au galop avait pour ambition d’être une forme de championnat du Monde. On peut citer ici la Breeders’ Cup Classic en 1984, la Dubaï World Cup en 1996 et la Pegasus World Cup en 2017.
La course disputée sous forme de duel entre deux champions aux États-Unis a aussi existé. La référence en est le Match Race of the Century en 1938 entre War Admiral et Seabiscuit. Ce dernier s’est imposé, donnant la matière à un blockbuster au cinéma en 2003.

Il faut trouver la date et le sponsor.
Sébastien Guarato

A voir aussi :
...
16 restants dans la Prix d'Amérique Races ZEturf Q2 qui sonne le retour de Vivid Wise As

Les contours du Prix d'Amérique Races ZEturf Q2 - Prix du Bourbonnais (Gr.2), dessinés après la phase des forfaits, ce mercredi, sont peut-être ceux de la grille de départ définitive. On ne retrouve en ...

Lire la suite
...
Jubla Viking ne va pas en rester là

Encore peu expérimentée par rapport à certaines de ses adversaires du jour, Jubla Viking (Kepler) avait une certaine marge de progression pour réussir à s'imposer ce mercredi. Elle était en effet à près de 40 mètres des leaders à 1 200 mè...

Lire la suite
...
David Békaert : record battu !

Non seulement pour la troisième année consécutive, David Békaert fait partie du club des 100, celui des pilotes qui ont gagné 100 courses et plus en une année. Mais en ce premier mercredi du mois de dé...

Lire la suite
...
Jimmy Ferro Br
change de braquet

Après une quatrième place obtenue dans un Groupe 1 le 20 novembre en Italie, l'allemand Jimmy Ferro Br a été très séduisant pour son retour à Vincennes. Pieds nus pour la première fois en France (il s'était ...

Lire la suite