...
Actualité - 13.12.2021

Qu'est-ce que cela change ?

La défaite de Face Time Bourbon dans la Qualif#2-Prix du Bourbonnais (Gr.2) rebat-elle les cartes à sept semaines de la Legend Race (Gr.1) ? Pour certains, rien ne change, pour d'autres, tout change au contraire. Revue des arguments des deux camps avec, au milieu, le point de vue des modérés.

Etonnant (Timoko) est devenu le sixième élément, titrions-nous hier, signifiant que le représentant de Richard Westerink devenait le sixième trotteur à battre Face Time Bourbon (Ready Cash). Mais l'exploit a quelque chose de nouveau. Il a été réalisé à Vincennes et en amont du Prix d'Amérique ZEturf, dans la phase des Qualifications, que LeTROT désigne par l'Heure de Vérité. Alors qu'est-ce que cela change vraiment ?

ÇA CHANGE TOUT

Il faut bien mesurer la hauteur de l'exploit d'Etonnant (Timoko) dans la Qualif#2 - Prix du Bourbonnais (Gr.2). Il s'agit d'une première. Une première sur le créneau des 2.700 mètres et plus départ volté à Vincennes. Une première à cette époque de l'année dans la phase amont du Prix d'Amérique. Et cela, déjà, change tout. La cuirasse jusqu'ici impénétrable de Face Time Bourbon, dans le créneau américain du parcours classique de Vincennes, vient d'être percée. Cela ouvre de nouvelles perspectives aux camps adverses. La défaite inaugurale va démultiplier les ambitions des autres, aiguiser leurs crocs alors qu'ils ne montraient souvent, lors des derniers mois, que des canines élimées, se focalisant sur la lutte pour la deuxième place.

Tout change également car, pour la première fois, un rival du crack revendique lors de la première partie du meeting le même bilan que lui. Etonnant affiche une victoire et une deuxième place dans les Q#2 et Q#1 avec un record à la clé lors de sa victoire. Celui des 2.850 mètres de la Grande Piste de Vincennes (et consécutivement celui du Prix du Bourbonnais). Si Cleangame (Ouragan de Celland) a réalisé lui 1'11''2 en 2020 dans le Prix de Brest, c'était sur 2.900 mètres, contraint qu'il était de rendre 50 mètres. Le record des 2.850 mètres devient donc l'apanage d'Etonnant en 1'11''4.
Même bilan à ce stade pour Face Time Bourbon avec une victoire et un premier accessit dans les Q#1 et Q#2, ainsi que, pour faire bonne contenance, le record du Prix de Bretagne à son actif.
Ce qui change tout est la place de cette défaite dans le calendrier. Qualifié de pur-sang par Sébastien Guarato, jamais meilleur que lorsqu'il est gorgé de fraîcheur, Face Time Bourbon semblait imprenable dans la partie qualificative. Ses défaites dans le Prix de France (Gr.1) pouvaient, à chaque fois, être mises sur le double compte du parcours avec autostart, sur lequel le crack a tendance à brancher et trop en faire, et sur une course placée de manière rapprochée après le Prix d'Amérique. La succession des efforts devenaient un argument - légitime - à une possible baisse de performance. Rien de tout cela ce dimanche.

Ce qui change tout encore, c'est le scénario de la défaite. Il n'y a rien eu de neuf sur le Prix de Bretagne par exemple avec Face Time Bourbon en tête dans le dernier tournant suivi par Etonnant. La défaite de dimanche n'est pas due à un coup de bluff d'un rival qui aurait pu surprendre Face Time Bourbon ou à une coalition de plusieurs adversaires. Non, on a bien rejoué un match connu mais conclu différemment. D'un côté, on découvre un Etonnant qui montre des progrès permanents dans sa manière de négocier le dernier tournant et, de l'autre, un Face Time Bourbon qui affiche une propension à se reprendre dans le final. Pour la première fois d'ailleurs le crack couvre moins vite les 200 derniers mètres (qu'il a couverts dans la réduction kilométrique d'1'09''1) que :
Etonnant (1er) : 1'06''0
Rebella Matters (3e) : 1'06''1
Zacon Gio (4e) : 1'06''6
Délia du Pommereux (5e) : 1'08''4
Express Jet (6e) : 1'06''0
Frisbee d'Am (7e) : 1'08''4
Davidson du Pont (10e) : 1'07''9
Fakir du Lorault (Dai) : 1'07''6
Jamais, dans une même épreuve, le double vainqueur du Prix d'Amérique a vu autant de concurrents finir plus vite que lui dans les 200 derniers mètres. Et cela change tout pour l'avenir.


Aucun cheval n'est imbattable
Richard Westerink

ÇA CHANGE DEUX OU TROIS CHOSES

L'idée est ici de dire que Face Time Bourbon reste le grand favori du Prix d'Amérique Races du 30 janvier prochain. De ce point de vue, rien de change. Par contre, l'enthousiasme baisse d'un ou deux tons. Et sa défaite n'est plus inenvisageable. Voilà déjà une idée qui avait du mal à faire sa place dans nos esprits en dépit de la formule « aucun cheval n'est imbattable », rappelée avec raison par Richard Westerink après le triomphe d'Etonnant.

Un betting différent de l'an dernier
Si Face Time Bourbon devrait logiquement rester le favori de la prochaine édition du Prix d'Amérique ZEturf, il ne réunira sans doute pas sur sa candidature les mêmes masses d'enjeux en janvier. Il était à 9/10 (rapport PMU) lors du dernier opus (7/10 sur pmu.fr et 20/10 sur Zeturf.fr).
Contrairement aussi aux dernières éditions, le favori du Prix d'Amérique Face Time Bourbon ne se présentera pas au départ avec une victoire à son crédit lors de sa dernière sortie. Sa musique arborera une deuxième place.

Aiguiser de nouvelles candidatures étrangères ?
Dans le casting actuel et spéculatif du prochain Prix d'Amérique ZEturf, plusieurs noms demeurent en pointillés. Les Scandinavaves Don Fanucci Zet (Hard Livin) et Calgary Games (Readly Express) sont de ceux-là. La défaite de Face Time Bourbon pourrait motiver encore un peu plus leur entourage à valider une tentative dans le Prix d'Amérique 2022. Du côté italien, Alessandro Gocciadoro qui doit aligner Vivid Wise As (Yankee Glide) pourrait aussi décider d'augmenter son contingent. Il possède dans ses boxes Vitruvio (Adrian Chip) et Vernissage Grif (Varenne) notamment. Or plus des concurrents étrangers (qualifiés par les gains compte tenu de leurs profils) participeront, moins les places pour les candidatures françaises aux "faibles gains", dépourvus de pass, seront nombreuses.

AUTRES ENSEIGNEMENTS DES 2 PREMIÈRES QUALIFS

■ Le grand gagnant à ce stade est Jean-Michel Bazire. Sachant que le duo Face Time Bourbon et Etonnant a cumulé à lui seul quatre des six places offertes au départ de la Legend Race, les deux autres cartons d'invitation distribués sont revenus à des pensionnaires de Jean-Michel Bazire : Ganay de Banville dans la Q#1 et Rebella Matters dans la Q#2. Zacon Gio et Davidson du Pont auront leur place à coup sûr par leurs gains. Ce sont donc quatre représentants "Bazire" qui seront (ou pourront être) sur la grille du départ du Prix d'Amérique 2022.
■ Plusieurs candidats au Prix d'Amérique n'ont pour l'instant pas leur pass. Les deux premières Quafifs n'ont finalement servi qu'à Ganay de Banville et Rebella Matters puisqu'Etonnant et Face Time Bourbon auraient participé à la Legend Race par leurs gains. Il ne reste donc que deux courses pour Fakir du Lorault (encore malheureux dimanche), Diable de Vauvert, Violeto Jet, Express Jet et consorts pour se faire une place. Les deux prochaines Qualifs pour vieux chevaux (Q#5 et Q#6) distribueront leurs pass à de nouveaux prétendants dès lors que ni Etonnant ni Face Time ne sont annoncés dans ces épreuves.
■ Depuis le début du meeting, en tenant compte des performances et des concurrents déjà qualifiés, le premier pointage pour composer le podium du Prix d'Amérique réunit Face Time Bourbon, Etonnant, Ampia Mede Sm (si elle se qualifie par le Prix Ténor de Baune), Zacon Gio, Délia du Pommereux, Davidson du Pont (avec des progrès à venir), Vivid Wise As, Rebella Matters, Ganay de Banville. Il faut encore attendre la rentrée de Gu d'Héripré pour l'inclure dans cette liste et les confirmations des candidatures étrangères pour peaufiner la liste.

On est battus mais pas abattus
Éric Raffin

ÇA (NE) CHANGE RIEN

Monsieur de La Palisse dirait qu'on ne tire pas une vérité générale d'un épisode seul. Il est évidemment audacieux d'enterrer Face Time Bourbon sur une simple contre-performance. D'autant plus que la défaite reste honorable avec un chrono flatteur à la clé (1'11''5). Un point que nous a rappelé immédiatement Sébastien Guarato à chaud : « La performance reste bonne au-delà de sa deuxième place, le chrono est bon. Il n’est battu qu’à la fin. »
Face Time Bourbon reste un crack et demeure à ce jour toujours invaincu sur le parcours des 2.700 mètres de Vincennes, le parcours de la Legend Race. Il était d'ailleurs en tête, et nettement, au passage d'une marque virtuelle des 2.700 mètres peu après l'entrée de la ligne d'arrivée dimanche. Evidemment, nous sommes là dans l'hypothèse d'une course fiction, qui ne se serait pas courue de la même façon avec 150 mètres de moins.

Les leviers de progrès à disposition de Face Time Bourbon
Le représentant de l'Ecurie Bivans n'était pas dans sa configuration la plus offensive ce dimanche. Le véritable objectif est, bien sûr, le 30 janvier. Il reste que Face Time Bourbon se présente toujours pour gagner, rappelait la semaine dernière son pilote Eric Raffin. Dans la Qualif#2, l'ultra favori n'avait pas été spécialement affûté. Il y a peut-être de ce point de vue un "péché d'orgueil" de Sébastien Guarato, impressionné par la démonstration de son pensionnaire dans la Qualif#1. Le professionnel remarquait ainsi dimanche : « Si Eric (Raffin) fait l'inverse en basculant ses œillères plutôt qu'en lui débouchant les oreilles, je pense qu'il aurait gagné. Il réagit mieux aux "carreaux" (N.D.L.R. : œillères basculantes) qu'au débouche-oreilles. » Dans la revue des autres correctifs possibles, Sébastien Guarato note encore : « Dans le "Bretagne", Éric l’avait repris à mi-ligne droite, peut-être qu’il s’est aussi un peu repris à cause de ça. On a le temps de préparer le Prix d’Amérique mais peut-être qu’il faudra que je le réveille un peu car il est vraiment calme, peut-être trop. »
Voilà comment l'argument de la recherche de sérénité pour Face Time, à partir duquel son entourage avait fait le choix de la Q#2 au détriment de la Q#5 - Prix de Bourgogne (Gr.2), s'est, cette fois, retournée contre le crack.

Une Q#2 déjà compliquée l'an dernier
Avec trois semaines de récupération depuis la Qualif#1, Face Time Bourbon ne manquait-il pas un peu de fraîcheur dans la Qualif#2 ? Pas impossible selon Sébastien Guarato qui remarque : « Je l'ai trouvé aussi un peu terne aujourd'hui. Il était plus beau il y a trois semaines. On peut l'avoir mieux. » Et l'entraîneur de rappeler : « Il avait gagné « à la ramasse » l’an dernier cette course dont il n’était pas rentré très souple, ayant un peu mal aux pieds. »
Il reste maintenant sept semaines à Sébastien Guarato pour apporter tous les correctifs nécessaires à sa "formule 1". Cette défaite, en ce sens, est aussi riche d'enseignements pour le camp de Face Time. On apprend toujours d'un échec et l'on revient souvent plus fort encore après. Nul doute que l'entraîneur, le pilote, les propriétaires vont analyser dans tous les sens les raisons qui ont conduit Etonnant à déborder leur représentant dans le final. Cela peut aussi remettre en cause leur approche tactique et rendre Face Time plus fort dans le Prix d'Amérique avec l'idée de ne plus servir de lièvre à Etonnant et aux autres.

Une défaite qui n'en appelle jamais une autre
Sébastien Guarato rappelait dimanche que son champion « n’a jamais été battu deux fois d’affilée. » La vraie révolution dans la musique de Face Time Bourbon serait effectivement de voir l'apparition de deux défaites consécutives. Pour l'instant, on n'en est pas là puisque le cheval a toujours su rebondir après un échec.

40 % pensent que cela change 2 ou 3 choses
Consultation sur Twitter ce lundi

A voir aussi :
...
M. Abrivard : "Je vais remonter directement dans le Cornulier"

Aune semaine tout juste du Prix de Cornulier (Gr. 1) dont il est le tenant du titre avec Bahia Quesnot (Scipion du Goutier) annonce qu'il ne va se remettre en selle en course que le jour J, lui qui a passé ...

Lire la suite
...
Equinoxe : c'est bon pour le moral

Depuis son retour à la compétition après son accident le mois dernier, Matthieu Abrivard n'avait pas encore repassé le poteau en tête. Voilà qui est chose faite à une semaine du Prix de Cornulier où il se remettra en ...

Lire la suite
...
Diamant de Tréabat,
nettement un ton au-dessus

Dans le Prix Djérid (Groupe 3) ouvert aux chevaux d'âge n'ayant pas gagné 675 000 €, Diamant de Tréabat avait face à lui une opposition largement dans ses cordes, quand bien même la courte distance et la petite piste n'étaient ...

Lire la suite
...
Idao de Tillard
enchaîne et prend date

Fils et petit-fils de deux vainqueurs de Critérium Continental, Idao de Tillard (Sévérino) a la vitesse qui coule dans ses veines. Mais pas seulement. La preuve aujourd'hui avec son succès convaincant dans ce Prix de Riberac, ...

Lire la suite