... (© APRH)
Actualité - 29.12.2021

Quand Etonnant sort des sentiers battus

Etonnant porte plus que jamais mieux son nom. Non content d’avoir battu Face Time Bourbon dans la Qualif#2, le champion de Richard Westerink n’est pas là où l’on attend. Alors que la Qualif#5 a lieu dimanche, il sera lui en piste jeudi à Bordeaux. À un mois du Prix d’Amérique Legend Race, c’est un choix totalement assumé de son entraîneur de faire de l’hippodrome du Bouscat le théâtre de sa dernière course.

En cette première moitié du meeting d’hiver, Etonnant (Timoko) a pris une autre dimension encore. Le vainqueur du dernier Prix de Paris Marathon Race (Gr.1) et co-détenteur du record absolu de Vincennes au trot monté est en effet devenu le premier « tombeur » de Face Time Bourbon (Ready Cash) sur une longue distance sur le Plateau de Gravelle. Un exploit retentissant qui a bouleversé les certitudes que l’on pouvait avoir quant à l’issue du prochain Prix d’Amérique Legend Race (Gr.1) tant la supériorité du représentant de la casaque Bivans semblait écrasante. « Il n'y a jamais de cheval imbattable même si Face Time Bourbon y ressemble beaucoup », rappelait ce jour-là le professionnel hollandais.
Etonnant a ainsi rebattu quelque peu les cartes en même temps qu’il a montré aux autres que c’était possible. Si l’entourage de Face Time Bourbon n’a pas modifié ses plans, ce qu’il avait fait juste avant pour participer justement à cette Qualif#2 et non à la Qualif#5 comme prévu initialement, Richard Westerink n’a pas non plus décidé de procéder à un réajustement du programme de son champion. Le Grand Prix d’Hiver à Bordeaux était coché sur son calendrier à la date du 30 décembre. « J’avais déjà cette date en tête après la Qualif#1 car cela permet de le courir près de la maison sans faire trop de route tout en livrant une vraie course. Du fait des conditions, ce n’est pas un super engagement pour lui puisqu’il doit rendre 50 mètres. Mais c’est l’occasion de faire un bon travail sans faire trop de route », insiste Richard Westerink.
Le jour du Prix du Bourbonnais comme déjà cela avait été le cas dans le Prix de Bretagne, Etonnant était le seul des partants, avec son compagnon d’entraînement Frisbee d’Am (The Best Madrik), à avoir dû voyager plus de 13 heures (aller-retour) pour être présent à Vincennes. Un trajet que l’écurie Westerink fait d’ailleurs en moyenne un peu plus d’une fois par semaine sur une année. « Je n’ai pas voulu changer mes plans après sa victoire dans le Prix de Bourgogne contre Face Time Bourbon », poursuit l’entraîneur d’Escalans.
« Mon souhait est en effet de le voir enchaîner Prix d’Amérique, Prix de France et Prix de Paris, poursuit-il. Par conséquent, il faut le préserver un peu. Courir à Bordeaux évite un nouveau voyage aller-retour de plusieurs heures et permet de bien le travailler pareil. On pense toujours ou souvent à l'argent mais, des fois, c’est bien aussi de regarder le cheval. C’est pourquoi je préfère ne pas trop le faire voyager. »

Etonnant à Bordeaux
Ce n’est pas la première fois qu’Etonnant va courir sur la piste de l’hippodrome du Bouscat à Bordeaux à une heure et demie environ de l’établissement de Richard Westerink dans les Landes. En trois courses, le fils de Timoko y compte même un taux de réussite sur le podium de 100 % ! C’est d’ailleurs sur cet anneau qu’il s’est qualifié (1’17’’1) au mois de janvier de ses 3 ans et qu’il a débuté victorieusement un mois plus tard aux dépens notamment d’Eliot d’Ambri (Ti Punch River). Il y est revenu à l’automne de ses 3 ans pour gagner de toute une classe avant d’être battu quelques mois plus tard (2e en mars) après avoir participé à son premier meeting d’hiver de Vincennes.

Dans une carrière qui compte à ce jour 68 courses, Etonnant en a disputé un quart en province et, parmi celles-ci, plus de la moitié a eu pour cadre les hippodromes du Sud-Ouest que sont Agen, Beaumont-de-Lomagne, Bordeaux, Toulouse et Villeréal. C’est donc dans sa région que le champion élevé par Christian Vigier et Mireille Baro va disputer sa dernière course avant sa deuxième participation au Prix d’Amérique Legend Race.
(© APRH)

On pense toujours aux sous mais, des fois, c’est bien aussi de regarder le cheval. C’est pourquoi je préfère ne pas trop le faire voyager.
Richard Westerink

« Il faut voir comment cela va se passer, et d’ailleurs on ne prendra pas de décision aussitôt après la course, mais, normalement, l’idée est en effet de courir directement le Prix d’Amérique ensuite, confirme Richard Westerink à propos de son pensionnaire qui va rester ferré jeudi. Le cheval a très bien récupéré de sa dernière course. On l’a laissé tranquille pendant une dizaine de jours, sans rien faire. Depuis, il a travaillé à trois reprises. » Comment l’entraîneur envisage alors cette course à un mois du jour J ? « On ne part pas pour faire juste la dernière ligne droite, annonce-t-il. Il faut que le cheval travaille. On s’est mis d’accord avec Anthony (Barrier) sur ça. Il va voir comme cela se passe mais il faut que le cheval travaille car il y aura un mois jusqu’au Prix d'Amérique. Normalement, avec les chevaux qu’il y a devant lui comme Bilooka du Boscail notamment, cela devrait rouler et donc automatiquement il va travailler. Éviter un peu Vincennes et voir autre chose n’est peut-être pas plus mal. En plus, Bordeaux est corde à droite, où il est beaucoup mieux pour tourner. Cela a aussi un peu compté dans mon choix de le courir jeudi. »
Des droitiers confirmés, Duel du Gers (Quaker Jet), Cash du Rib (Ready Cash) et Bilooka du Boscail (Look de Star) le sont aussi, eux qui ont composé le trio gagnant du Grand Prix de Salon-de-Provence à la fin du mois de novembre. C'est aussi le cas, entre autres, de Fakir Mérité (Uaukir) qui reste sur une victoire sur cette piste.

L'atout fraicheur pour le Prix d'Amérique
C'est donc un Etonnant avec de la fraîcheur qui se présentera sur la ligne de départ le 30 janvier. « Je ne suis pas inquiet par le fait de le garder bien en condition jusque-là, avance son entraîneur. Simplement, il ne faut pas qu’il tombe malade. Il est fort sur sa fraîcheur. Il est un peu comme l’était son père, il n’a pas besoin de beaucoup de travail. C’est plus facile d’entraîner des chevaux comme eux. » Pour autant, Richard Westerink ne veut pas se projeter ni trop vite, ni trop ambitieux vers le jour J malgré les deux parcours de son cheval dans les Qualifs#1 et #2 : « Dans la Qualif#1, il courait déjà très bien. On était déjà très contents d’être deuxième d'autant qu'on ne pensait pas battre Face Time Bourbon. Dans la Qualif#2, il a été encore meilleur. Je ne m’attache pas à son chrono ce jour-là, car je sais qu’il est capable de trotter sur ce pied sur cette distance. Le plus important à mes yeux a été la façon dont il a gagné. Après, il ne faut pas oublier que le Prix d’Amérique ne va pas se courir de la même manière. Éric (Raffin) ne va pas mener Face Time Bourbon pareil, il est tout sauf bête et va réfléchir aux erreurs qu’il a faites. D’autres chevaux vont être plus prêts physiquement ».
PARTANTS BORDEAUX - Jeudi 30 Décembre
7 GRAND PX D'HIVER - (15H17)
Premium - Att. - (A) - Euro. - 49 000 € - 2 650m
1. FANDANGO LA NUITPh. Boutin
2. DESIR DE BANNESH. Sionneau
3. BY AND BYS. Hardy
4. FAKIR MERITEF. Marty
5. CLYDE BARROWL. J. Legros
6. DUEL DU GERSF. Clozier
7. FIRE CRACKERS. Dieudonne
8. CASH DU RIBJ. L. Cl. Dersoir
9. ELVIS DU VALLONCh. Cuiller
10. CLARCK SOTHOD. Brossard
11. BILOOKA DU BOSCAILY. Hurel
12. ETONNANTA. Barrier

Des exemples par le passé

Disputer sa dernière course avant le Prix d'Amérique Legend Race en province n'est pas monnaie courante comme s'apprête à le faire Etonnant. Il existe pourtant quelques exemples par le passé. On pense ainsi à Minou du Donjon qui avait participé au Prix de la Côte d'Azur dont il avait pris la 5ème place à Cagnes-sur-Mer en en janvier 1986 avant sa troisième participation à l'épreuve reine. Une de Mai a aussi préparé trois fois le Prix d'Amérique à Cagnes-sur-Mer, dans le même Prix de la Côte d'Azur, alors une course beaucoup plus importante qu'elle ne l'est aujourd'hui (200 000 francs d'allocation, à l'époque, contre 700 000 francs au Prix d'Amérique) et disputée sur 2.200 mètres. Elle y rendait victorieusement 50 mètres, à chaque fois. Elle n'a cependant couru le Prix d'Amérique directement après le Prix de la Côte d'Azur que la première fois, en 1970 (1ère dans le Prix de la Côte d'Azur et non placée dans le Prix d'Amérique).

A voir aussi :
...
Jolie Cottie, signée Ready Cash sans Ready Cash...

Rapidement en tête, Jolie Cottie (Village Mystic) a signé son premier succès parisien après une deuxième place obtenue en début d'année sur le même parcours des 2.850 mètres de la petite piste. L'arrivé...

Lire la suite
...
Arrivée imminente de la "Question du jour" au PMU

Annoncé depuis des mois, le nouveau jeu de la gamme PMU, la "Question du Jour", fait son arrivée dans le paysage des paris hippiques ces prochains jours comme le révèle la vidéo qu'on vous propose de ...

Lire la suite
...
Encore 17 engagés dans le Cornulier

La liste des engagés du Prix de Cornulier (Gr.1) s'est délestée de quatre noms dans les dernières heures dont ceux de Flore de Janeiro (Vanishing Point) et de Détroit Castelets (Néoh Jiel). Ils sont ...

Lire la suite
...
Tanguy de la Bourdonnaye :
"J’ai la passion du vivant"

En quelques mois, son nom a fait la une de plusieurs rubriques hippiques. Tanguy de la Bourdonnaye vient de voir sa casaque briller à haut niveau grâce à Fantaisie, gagnante du Prix du Calvados (Gr.2) et une des protagonistes les plus ...

Lire la suite