... ©Aprh
Résultat de course - 09.01.2022

La Finlandaise Dusktodawn Boogie fait danser ses rivaux

Je me suis dit, c'est de la came
Jean-Michel Bazire

On attendait de pied ferme les Italiens dans le Prix Charles Tiercelin nouvelle formule mais c'est la Finlandaise Dusktodawn Boogie (Lexus Font) qui s'envole pour finir et mâte les poulains stratèges.

Formant la ligne de tête dans la montée, Ideal Ligneries (Repeat Love) et Callmethebreeze (Trixton) ont voulu avec leurs drivers respectifs Franck Nivard et Andrea Guzzinati jouer la carte tactique. On était alors en droit de penser à un succès d'un des deux mais comme l'a résumé Philippe Allaire, mentor du second nommé : "Jean-Michel Bazire a été très fort, il les a laissés s'assoupir en tête avant de venir les raser pour finir. Le mien avait besoin de courir pour une semi-rentrée." Dusktodawn Boogie (Lexus Font) avait elle couru récemment en donnant satisfaction à son nouvel entraîneur en France, Jean-Michel Bazire qui nous a confié après course : "On ne la connait pas très bien : elle est à la maison depuis seulement un mois. Au début, on avait travaillé fort avec un bon cheval et elle ne s'était pas couchée, à tel point que je l'ai prise pour une 4 ans alors qu'elle n'avait que 3 ans. Je me suis dit, c'est de la came. 1'13'' avec ses fers la dernière fois c'était déjà très bien et là sans ses fers, et malgré un parcours pas si confortable, elle a terrassé l'opposition. Au niveau des raquettes on devait être en 1'03'' ou 1'04." Confirmation avec le Tracking (voir ci-contre) qui fait apparaitre trois partiels en 1'03'' et 1'04'' !
Dusktodawn Boogie remporte ici la plus belle victoire de sa carrière et gagne son ticket pour la Sulky World Cup 4 ans le jour du Prix d'Amérique Legend Race.

D'où vient-elle ?

Si les Italiens n'ont pas vaincu, Dusktodawn Boogie, qui bat pavillon finlandais, est issue de parents italiens et rattrape donc un peu le coup pour les transalpins. Lexus Font 1’11’’, son père, fils d’Andover Hall 1’09’’ et d’une poulinière par S. J.’s Photo 1’10’’, a été un bon cheval en Italie ([PLUS] de 200k€), que l’on a vu se placer en France (3ème à Cagnes). Le pedigree de Dusktodawn Boogie est, en outre, marqué par un inbreeding sur Arndon (4x3), qui figure parmi les pères de mères de Lexus Font et qui est l’auteur de Pine Chip 1’09’’, grand-père maternel de cette pouliche ; un Arndon connu chez nous comme le père de mère, pour Joël Hallais, d’Elvis de Rossignol. Il s’agit d’un pedigree maternel américain, classique par essence, remontant à Miss Tilly 1’15’’ (1946-Nibble Hanover), une gagnante de l’Hambletonian.

7e | PRIX CHARLES TIERCELIN
Att - 2100 m - Groupe 2 - 120 000 €
DUSKTODAWN BOOGIE 1'12"
Lexus Font x Pine Top Boogie (Pine Chip)
Driver : J-M Bazire - Entraîneur : J-M Bazire
Propriétaire : First Ready Cash - Eleveur : Fonds de Courses
2e Ideal Ligneries 1'12" Repeat Love x Ouragane
3e Callmethebreeze 1'12"1 Trixton x Gilly Lb
4e : Infant Perrine - 5e : Chuky Roc - 6e : Capital Mail - 7e : I Love Me
A voir aussi :
...
Ino du Lupin dans une course sans concession

Dans une course au rythme très élevé sous l'impulsion d'Ibiki de Houelle (Love You), Ino du Lupin (Scipion du Goutier), la nouvelle pépite de l'écurie Marmion, domine de toute une classe dans la phase finale l'animateur de ...

Lire la suite
...
Le Trot
dans tous ses états

C’est déjà la fin. La 91ème réunion du meeting d’hiver, ce samedi, ferme une séquence commencée le jeudi 2 novembre 2023. L’affiche est belle, comme d’habitude, mais revêt pourtant cette année un ...

Lire la suite
...
Jamaïca Phedo en mode supersonique

Pour sa première sortie à Vincennes, Jamaïca Phédo (Magnificent Rodney) a marqué les esprits ce vendredi. Cette descendante de Féria de Vrie (Hêtre Vert), mère du champion Kesaco Phedo (Cabalio in Blue), vainqueur du Prix ...

Lire la suite
...
Lexie de Banville, la corde gagnante

Depuis ses premiers pas en compétition en décembre, Lexie de Banville (Réal de Lou) affiche une progression constante qui lui permet ce vendredi à Vincennes de remporter une première victoire. "Au mois d'octobre, je ne pensais pas ...

Lire la suite