...
Actualité - 17.01.2022

Et maintenant, que sait-on de plus ?

La phase qualificative des Prix d'Amérique Races ZEturf s'est finalisée dimanche dans la Qualif#6 - Prix de Belgique (Gr.2). À deux semaines de la Legend Race, on devrait donc y voir plus clair. C’est vrai bien sûr. Mais il reste encore des zones d’ombre que les dernières épreuves n’ont pas levées. Entre certitudes et flou, le bilan des qualificatives mérite d’être passé à la loupe.

Il se dégage une impression globale du feuilleton des épreuves qualificatives des Prix d’Amériques Races ZEturf, celle d’avoir vécu trois périodes bien distinctes.
Celle du début, flamboyante, sportivement parlant avec les duels proposés dans les Qualifs#1 (Prix de Bretagne) et #2 (Prix du Bourbonnais) entre Face Time Bourbon (Ready Cash) et Etonnant (Timoko). Le fait que le second soit devenu le premier trotteur à devancer le crack, double tenant du titre du Prix d’Amérique (Gr.1), dans une épreuve avec départ volté sur la grande piste de Vincennes est un authentique exploit. Et ce fait a surtout la vertu de relancer le suspense, de remettre trois sous dans la boîte à musique pour relancer un nouveau morceau. Merci à eux.

Sont ensuite arrivés les épisodes dédiés à la jeunesse, les Qualif#3 - Critérium Continental (Gr.1) et Qualif#4 - Prix Ténor de Baune (Gr.2). Ils ont mis en lumière deux éléments en plein progrès. Hohneck (Royal Dream) n'avait pas encore gagné Groupe 1 au sein de sa promotion dont il est néanmoins un des leaders. Son titre l'a comme catapulté dans une autre dimension, sa récente démonstration dans le Prix de Croix en étant l'ultime preuve. Quant à Galius (Love You), il continue sa montée en puissance après son titre dans le Critérium des 5 Ans (Gr.1), en septembre dernier. "Il n'a jamais été aussi fort" selon son entourage que lors de ce Prix Ténor de Baune. Sa prise de contact prudente contre ses aînés, dans la Qual#6 dimanche (8e), n'est pas à lire de manière trop litttérale.

Et puis il y a les deux dernières épreuves, les Qualifs#5 (Prix de Bourgogne) et #6 (Prix de Belgique). Ces deux opus délivrent une impression plus floue avec des résultats qui ne délivrent pas les réponses à toutes les questions encore en suspens. Les grosses cylindrées attendues (Davidson du Pont, Délia du Pommereux, Gu d'Héripré) ne se sont pas montrées à leur avantage. Sportivement, le chrono du Prix de Belgique (1'12''4 pour son vainqueur Feydeau Seven) est bon mais globalement supérieur de 1 seconde à celui des Qualifs#1 et #2. Faut-il en déduire que la fin du feuilleton a manqué de souffle ?
1. Face Time Bourbon répond présent
Soit, Face Time Bourbon a été battu dans la Q#2 par Etonnant. Il reste que le crack a marqué de sa présence le début de la séquence et a permis de produire les performances sportives les plus élevées. Dans la Q#1 - Prix de Bretagne et la Q#2 - Prix du Bourbonnais, les records des épreuves ont été à chaque fois battus et même pulvérisés, avec une réduction kilométrique finale identique d'1'11''4 (respectivement sur 2.700m et 2.850m Grande Piste). C'est encore une fois l'œuvre de Face Time Bourbon, même dans sa défaite. À ce niveau de performance, on est bien toujours dans le même univers que celui réalisé l'an dernier par le pensionnaire de Sébastien Guarato, vainqueur en 1'10''8 du Prix d'Amérique.

2. Etonnant, le challenger le plus crédible
En répétant coup sur coup 1'11''6 et 1'11''4 dans les Q#1 et Q#2, Etonnant a prouvé qu'il était devenu à l'attelé et sur le parcours le plus classique de Vincennes un compétiteur de top niveau. Même s'il a causé une déception à Bordeaux lors de sa dernière sortie (8e), il faut bien remettre en perspective cette prestation (Etonnant était ferré mais inscrit à son actif le nouveau record de la piste en 1'12''0 sur une distance supérieure à 2.000m). S'il répète le même niveau de performance, nul doute qu'il jouera les premiers rôles le 30 janvier.

3. La vague jeune représentée par le seul Hohneck
On le savait doué, et généreusement titré au sein de sa promotion, mais Hohneck (Royal Dream) a pris une nouvelle dimension cet hiver. Son succès dans la Q#3 - Critérium Continental (Gr.1), en 1'10''4, est un épisode très réussi des Prix d'Amérique Races ZEturf. Sa nouvelle démonstration dans le Prix de Croix (Gr.2) dimanche propulse Hohneck en valeur sûre au départ de la Legend Race. Le représentant de Philippe Allaire conjugue beaucoup de qualités : maniabilité, aptitude à suivre tous les trains, capacité à finir vite, jeunesse. Et si Hohneck n'était pas tout simplement la meilleure chance présentée par Philippe Allaire au départ d'un Prix d'Amérique en tant qu'entraîneur (Ready Cash y a participé une fois à 5 ans sous son entraînement à l'époque où il était moins tranchant avant de passer dans l'effectif de Thierry Duvaldestin) ? Dans l'esprit du renouvellement, Hohneck sera le candidat de la jeunesse le 30 janvier et le seul en ce sens.

4. Une délégation étrangère de "basse" intensité
Hormis le couplé gagnant composé de Cokstile (Quite Easy U.S.) et de Vivid Wise As (Yankee Glide) dans la Q#5 - Prix de Bourgogne, les candidats étrangers n'ont pas vraiment été à la fête. Rebella Matters (Explosive Matter) reste une valeur sûre mais pour les places. Zacon Gio n'a pas accédé à la dimension à laquelle sa notoriété pouvait le porter. Aucune candidature de l'ampleur de Readly Express ou de Maharajah ne s'est fait jour durant les Qualifs.

5. Des Q#5 et Q#6 qui laissent beaucoup de questions sans réponses
Alors que les dernières épreuves doivent permettre d'y voir plus clair, les Q#5 et Q#6 ont plutôt brouillé les cartes.
Présent dans les deux, Gu d'Héripré (Coktail Jet) a joué le chaud puis le froid. Prometteur cinquième lors de sa rentrée dans le Prix de Bourgogne, il a vite capitulé dans le Belgique. À deux semaines du jour J, voilà une préparation qui soulève plus d'inquiétude que de confiance. La remarque vaut aussi pour Délia du Pommereux (Niky), qui a dû réaliser ses derniers mille mètres avec une roue crevée dans le Belgique. Cela étant, est-elle revenue à son meilleur niveau ? Davidson du Pont (Pacha du Pont) avait la course à sa portée dimanche avant de faire la faute. Là aussi, cela génère de légitimes questionnements sur sa capacité à aller au bout de son effort dans un Prix d'Amérique. Galius (Love You) a gagné son billet américain en remportant la Qualif#4 - Prix Ténor de Baune (Gr.2). Pour son premier essai contre ses aînés, dans le Belgique, même en étant ferré, il n'a pas produit le dernier kilomètre totalement espéré.

6. Des Q#5 et Q#6 moins relevées que les Q#1 et Q#2 ?
Le Prix de Belgique a permis à deux candidats à la recherche d'une place sur la grille de départ du Prix d'Amérique ZEturf de décrocher leur sésame. Pour Feydeau Seven (Redeo Josselyn) et Diable de Vauvert (Prince d'Espace), l'objectif est atteint. Néanmoins, d'un point de vue de vue sportif, on remarquera que le second a échoué dans la même quête dans les Q#1 et Q#2 et réussit donc dans la Q#6. Son entraîneur Bertrand Le Beller avait d'ailleurs trouvé que les deux premiers opus étaient aussi relevés que le Prix d'Amérique lui-même. Les verdicts chronométriques vont dans ce sens. La confrontation des différentes lignes le 30 janvier viendra valider ou non cette hypothèse.

Björn Goop aux commandes de Zacon Gio
Selon une information de Paris-Turf, Björn Goop sera associé à Zacon Gio dans le Prix d'Amérique ZEturf. C'est la conséquence d'un jeu de chaises musicales au sein de l'effectif de Jean-Michel Bazire qui doit gérer cinq potentiels partants dans la Legend Race. Le dernier partenaire attitré de Zacon Gio, Alexandre Abrivard, est en effet désormais crédité au service de Feydeau Seven.

A voir aussi :
...
Théo et Clément Duvaldestin,
frères d'A(r)mérique

Dans le Prix d’Amérique Races ZETurf Legend Race , il y a une course dans la course, celle des frères, Clément et Théo Duvaldestin, qui vont s’affronter, pour le compte de leur père, respectivement ...

Lire la suite
...
Kaparka ouvre facilement son palmarès

Première course du programme breton et déjà une belle impression laissée par Kaparka (Earl Simon). Le représentant de Thierry Duvaldestin s'impose d'autant plus facilement que son principal opposant Kong (Ecu Pierji) s'est perdu dans ses allures ...

Lire la suite
...
Koctel du Dain
une question de style

Le dernier tournoi au rôle de tremplin pour les mâles vers le Prix Comte Pierre de Montesson (Gr.1) réunira une forte délégation internationale. Le Prix Paul Viel (Gr.2) compte pas moins de sept candidats étrangers, ...

Lire la suite
...
Kalamity d'Héripré
découvre de nouvelles rivales

À trois semaines du premier grand rendez-vous classique proposé aux 3 ans, le Prix Roquépine (Gr.2) offre une ultime possibilité de se tester entre elles aux meilleures pouliches du moment. La hiérarchie qui a émergé ces dernières semaines sera ...

Lire la suite