... © Aprh
Actualité - 24.01.2022

Bilibili, une sortie avec panache pour une exceptionnelle carrière

Il a disputé dimanche son cinquième Prix de Cornulier (Gr.1), concluant respectable sixième. Bilibili est le trotteur le plus riche des quinze dernières années dans la seule discipline du monté. Même si la décision n'a pas été officiellement annoncée, son entourage reconnaît qu'il ne devrait plus être revu en piste.

Il restera comme un cheval des records. Quintuple vainqueur de Groupe 1 (Prix de Cornulier (2 fois en 2019 et 2020), Prix du Président de la République (2015), Prix de l'Île-de-France (2 fois en 2017 et 2020)), Bilibili (Niky) a souvent fait perdre la tête aux aiguilles du chronomètre. Il est toujours le codétenteur du record national et général de Vincennes en 1'10''0 depuis sa victoire dans le Prix de l'Île-de-France 2020, précédant Etonnant (Timoko), crédité de la même réduction kilométrique. Il est aussi le titulaire du record du Cornulier en 1'11''2, réalisé lors de son titre de 2020. Il a possédé le record du Président, en 1'13''0 en 2015, avant que d'autres ne fassent mieux depuis. Avec presque 1,9 M€ de gains, uniquement accumulés sous la selle, Bilibili domine le tableau monté des deux dernières décennies.
Après avoir effectué ses débuts dans le Centre-Est sous la responsabilité de Jean-Michel Asin, il a intégré les boxes de Laurent Abrivard qu'il n'aura jamais quittés, sauf pour s'adonner à son activité d'étalon au Haras du Mont Goubert. Incapable de se détendre avec un sulky à ses flancs, il n'a jamais pu exprimer sa qualité à l'attelé. Dimanche, son entraîneur lui a rendu hommage : "Il a gagné deux Prix de Cornulier, en a couru cinq, a gagné 1,9 million d’euros au monté. Il a couru jusqu’à 11 ans. Sans tous ses ennuis de santé, il aurait fait encore mieux. Cela va être dur de retrouver le même." Pour son jockey Alexandre Abrivard, Bilibili a accompagné une bonne part de sa vie professionnelle. Lui aussi était ému dimanche après leur ultime sixième place : "Il sort sur une sixième place mais il sort bien. Toute ma vie, j’ai été fier de lui. J’ai mal de le voir partir."
Plusieurs fois victime de problèmes aux antérieurs, Bilibili aura toujours su retrouver son meilleur niveau. Sous le double statut d'éleveur et propriétaire, Jean-Pierre Barjon fait aussi un éloge d'un guerrier : "Être encore capable d'évoluer au niveau Groupe 1 à l'âge de 11 ans, c'est l'expression d'un savoir-faire exceptionnel de la part de l'entraîneur. D'autant, qu'on peut dire avoir navigué au milieu des récifs depuis son jeune âge. C'est une page qui se tourne sur une performance fidèle à ce qu'est Bilibili : un combattant, un guerrier. Maintenant, rendez-vous avec les produits de Bilibili ! Il restera l'un des trois grands chevaux ayant représenté mes couleurs avec Meaulnes du Corta et Niky. Et en termes d'éleveur c'est mon premier trophée puisque celui-ci je l'ai fait naître. C'est donc une histoire de plus de dix ans. Je pense à son premier formateur Jean-Michel Asin, je pense à Pierre Abrivard qui est son lad depuis de nombreuses années, je pense à Alexandre Abrivard qui n'en était qu'au début de sa carrière, lui qu'on appelait le "petit génie", quand Bilibili débutait lui aussi. Il restera comme une pierre importante du trot français et pour moi personnellement un édifice de mon élevage. Se tourner sur ces dix dernières années marquées par Bilibili, c'est un aller-retour permanent entre les performances sportives et les aventures et rencontres humaines. De grandes et belles aventures. Que de chemin parcouru !"

Une double vie pendant six ans entre les courses et le haras
En charge de sa carrière d'étalon, Claude Guégan nous apprend : "Le cheval a toujours bien travaillé au haras, faisant entre 90 et 100 juments depuis ses débuts en 2016. Il entame sa septième saison de monte et pendant toute cette période de double carrière, il avait quatre objectifs dans l'année : les Prix du Calvados, de Cornulier et de l'Île-de-France et sa saison de monte. Le fait qu'il n'ait que des performances montées n'est pas un problème car la cause est liée à son comportement et non à ses allures. D'ailleurs, il transmet sa qualité et une pouliche comme I Wanna Be Queen, précoce et performante à l'attelé, le prouve." Hégate Love, gagnante semi-classique sous la selle, et Héroïne du Citrus défendent aussi à bon niveau les intérêts paternels.

A voir aussi :
...
Et si vous versiez la taxe d'apprentissage à l'Afasec?

Le versement de la taxe d'apprentissage concerne toutes les entreprises employant au moins un salarié, domiciliée en France et sujette à l'impôt sur les sociétés. Aussi, afin de soutenir le travail de formation menée par la ...

Lire la suite
...
Belina entretient
le rêve Josselyn

La Journée des Champions sera exceptionnelle. Sept Groupes sont à l’affiche dont cinq Groupes 1. Les champions du moment, génération par génération, répondront à l’appel. Pour tout éleveur, se voir représenter dans ces temps ...

Lire la suite
...
Lady Princess confirme son beau potentiel

Dans nos radars depuis sa qualification en février à Grosbois (2 étoiles Province Courses), Lady Princess (Gotland) remporte une deuxième course consécutive. Après celle de la fin avril sur cette même piste de La Capelle, la proté...

Lire la suite
...
Dimanche, c'est aussi jour de Trophée Vert

La place de leader du classement général du Trophée Vert pourrait être en jeu dimanche à l'occasion de la 7ème étape du circuit des meilleures pistes en herbe, à Niort. À Feline De Calvi (Tag Wood) de défendre sa ...

Lire la suite