...
Actualité - 28.01.2022

Étalons : une variété exceptionnelle

Le peloton de l’édition 2022 du Prix d’Amérique est constitué de chevaux issus de géniteurs dont les profils sont extrêmement variés. Aucun d’entre eux, d’ailleurs, n’a deux partants dans la course. Certaines lignées mâles, en revanche, demeurent dominantes, ce qui n’est que logique, mais sans qu’un étalon, issu de celles-ci, n’écrase véritablement les autres.

Dix-huit partants, dix huit pères différents
Ils sont dix-huit partants, nés de dix-huit pères différents. Ce n’est pas forcément la règle dans les très grandes courses et c’est à souligner. En la circonstance, cela prouve que le trot, y compris de haut niveau, sait préserver sa diversité, sa multiplicité. Cela montre également, si l’on entre un peu plus dans le détail, que, pour accéder au sommet, à une compétition du calibre du Prix d’Amérique, on n’est pas obligé d’avoir eu recours à un étalon champion, à un étalon tête de liste. A cet égard, le clan Bazire aligne quatre partants dans ce Prix d’Amérique, avec de vraies chances, et aucun d’entre eux ne se réclame d’un père dit « haut de gamme », qui déchaînerait les enchères sur un ring de ventes, à l’instar de Rédéo Josselyn, celui de Feydeau Seven, et de Pacha du Pont, celui de Davidson du Pont.
Quant à la paire étrangère alignée par « JMB », composée de Rebella Matters et de Zacon Gio, elle ne procède pas non plus d’étalons spécialement exposés aux feux de la rampe, en, respectivement, Explosive Matter et Ruty Grif. Cela étant, les quatre reproducteurs en question sont des sujets bien nés, se recommandant de fameuses lignées mâles et ayant montré de la qualité en course, même s’ils n’ont pas toujours pu l’exprimer pleinement.
Dans le même esprit, on citera aussi le protégé de Bertrand Le Beller, Diable de Vauvert, qui est par Prince d’Espace. Que l’on se réfère à ce dernier ou à Pacha du Pont et Rédéo Josselyn, ce sont des étalons dont les prix de saillie se situent présentement entre 1.000 et 2.500 euros. De quoi mettre du baume au cœur des petits et moyens éleveurs en leur rappelant que tout est possible en matière d’élevage, jusqu’à frapper, un jour, à la porte de l’ « Amérique ».

Sept lignées mâles représentées

Six lignées mâles trotteuses et une lignée ambleuse –celle de Power– sont de la partie, se partageant les dix-huit candidatures. Les « jeunes » lignées américaines dominent la situation, avec cinq représentants pour Star’s Pride, quatre pour Speedy Crown ou encore deux pour Noble Victory. Deux lignées traditionnelles s’immiscent dans le concert, celle de Carioca II, qui fait jeu égal avec celle de Speedy Crown, alignant quatre concurrents –précision étant faite que Carioca II est lui-même un petit-fils du « vieil » américain Sam Williams–, et celle de Kerjacques, forte du seul Feydeau Seven. C’est là l’exact reflet de la répartition globale du bagage génétique du trotting contemporain, à laquelle fait tout de même exception la faible représentation, ici, du pourtant influent Sharif di Iesolo, qui ne délègue qu’un candidat en Bahia Quesnot.

Des sous-groupes emmenés par Viking’s Way et Coktail Jet

Les sous-groupes que l’on peut établir, à partir de ces lignées mâles dominantes, sont pareillement révélateurs de l’ensemble de l’actuel paysage trotteur, ce qui n’a, au reste, rien de surprenant, le Prix d’Amérique Legend Race pouvant être considéré, en raccourci, comme la vitrine de nos courses et de notre élevage. Ainsi, au sein de la lignée de Star’s Pride, celui incarné par Viking’s Way et ses descendants est-il le plus consistant, rassemblant, dans l’ordre du programme, Chica de Joudes (Jag de Bellouet-Viking’s Way), Etonnant (Timoko-Imoko-Viking’s Way), Flamme du Goutier (Ready Cash-Indy de Vive-Viking’s Way) et Délia du Pommereux (Niky-Viking’s Way). Il est notable que ce quatuor descend de Viking’s Way par des étalons tous différents, aucun ne prenant le dessus sur l’autre. Quant à la lignée de Carioca II, elle est majoritairement imprégnée de Coktail Jet, par l’entremise de Galius (Love You-Coktail Jet), Hohneck (Royal Dream-Love You-Coktail Jet) et Gu d’Héripré (Coktail Jet). Seule Billie de Montfort (Jasmin de Flore-Vivier de Montfort-Kronos du Vivier-Sabi Pas-Carioca II) y déroge, tout comme seul Davidson du Pont (Pacha du Pont-Baccarat du Pont-Florestan-Star’s Pride) s’inscrit en marge de Viking’s Way dans les rangs des descendants de Star’s Pride. Moins significative, pour notre élevage, est la présence sur la ligne de départ de quatre descendants de Speedy Crown, car trois d’entre eux –Rebella Matters, Zacon Gio et Vivid Wise As– ne sont pas des trotteurs français. L’exception se nomme Diable de Vauvert (Prince d’Espace-Himo Josselyn-Cézio Josselyn-Armbro Goal-Speedy Crown), qui pourrait être celui, des quatre, qui tire le mieux son épingle du jeu dimanche.

Les partants et leurs pères

Galius (Love You)
Feydeau Seven (Rédéo Josselyn)
Rebella Matters (Explosive Matter)
Hohneck (Royal Dream)
Diable de Vauvert (Prince d’Espace)
Gu d’Héripré (Coktail Jet)
Chica de Joudes (Jag de Bellouet)
Power (Googoo Gaagaa)
Etonnant (Timoko)
Flamme du Goutier (Ready Cash)
Cokstile (Quite Easy U.S.)
Zacon Gio (Ruty Grif)
Vitruvio (Adrian Chip)
Délia du Pommereux (Niky)
Vivid Wise As (Yankee Glide)
Bahia Quesnot (Scipion du Goutier)
Davidson du Pont (Pacha du Pont)
Billie de Montfort (Jasmin de Flore)


Le phénomène Timoko, père d'un des favoris Étonnant

Une configuration relativement rare

Il faut remonter à 2011 pour retrouver une même configuration que celle de cette édition 2022, avec autant de partants que d’étalons. Depuis de le début des années 1980, c’est arrivé huit autres fois seulement, en 2010, 2000, 1998, 1995, 1992, 1988, 1985 et 1984, soit, en moyenne, à peu près une fois tous les cinq ans.


Les partants, classés par lignée mâle phare

Star’s Pride, 5 représentants
Chica de Joudes
Etonnant
Flamme du Goutier
Délia du Pommereux
Davidson du Pont

Carioca II, 4 représentants
Galius
Hohneck
Gu d’Héripré
Billie de Montfort

Speedy Crown, 4 représentants
Rebella Matters
Diable de Vauvert
Zacon Gio
Vivid Wise As

Noble Victory, 2 représentants
Cokstile
Vitruvio

Cam’s Rocket, 1 représentant
Power

Kerjacques, 1 représentant
Feydeau Seven

Sharif di Iesolo, 1 représentant
Bahia Quesnot.



Ready Cash, historiquement le plus titré

L’étalon le plus titré de l’histoire du Prix d’Amérique n’est autre que Ready Cash, dont les produits ont signé cinq victoires dans le championnat du monde des trotteurs attelés, grâce à Bold Eagle, en 2016 et 2017, Readly Express, en 2018, et Face Time Bourbon, en 2020 et 2021. Il devance Greyhound, le père d’Ourasi, celui-ci apportant quatre succès à celui-là, en 1986, 1987, 1988 et 1990. Atus II, dont le score est de trois victoires par l’entremise de sa fille, la championne d’Henri Levesque, Roquépine, lauréate en 1966, 1967 et 1968, vient ensuite, sur la même ligne que Boum III, géniteur de Bellino II, vainqueur en 1975, 1976 et 1977, Intermède, le père d’Uranie, qui triompha en 1926, 1927 et 1928, Kairos, qui donna Gélinotte, à l’honneur en 1956 et 1957, puis Hairos II, le gagnant de 1960, et, enfin, Passeport, auteur d’Amazone B, qui s’octroya la grande course en 1930 et 1933, et de Nébuleuse V, l’héroïne de 1943. Pour améliorer encore sa présente réussite d’étalon dans la compétition, Ready Cash ne peut certes plus compter sur Face Time Bourbon, mais il est tout de même représenté par Flamme du Goutier et ce n’est pas là le moindre des atouts. Un seul autre reproducteur ayant déjà donné au moins un lauréat du Prix d’Amérique est en lice dans l’édition 2022 et on ne sera pas étonné de savoir qu’il s’agit de Love You, lequel délègue Galius. Or, Love You a déjà procuré deux gagnants du Prix d’Amérique, Royal Dream, en 2013, et Bélina Josselyn, en 2019. Si Galius venait à s’imposer, il rejoindrait au score les ci-dessus évoqués Atus II, Boum III, Intermède, Kairos et Passeport.


Tels pères, tels produits

Ils sont quatre étalons à avoir remporté le Prix d’Amérique qui délèguent un produit dans l’édition 2022. Ce sont, par ordre alphabétique, Coktail Jet, vainqueur en 1996, qui pourra compter sur Gu d’Héripré, Jag de Bellouet, lauréat en 2005, qui sera représenté par Chica de Joudes, Ready Cash, auteur du doublé en 2011 et en 2012, qui aligne Flamme du Goutier, et Royal Dream, le gagnant de 2013, qui s’appuiera sur Hohneck.

A voir aussi :
...
Kanem, le parfum de la belle histoire signée Devouassoux

Au chapitre des effets visuels du jour, et toutes choses égales par ailleurs, il y aura eu Ibiki de Houelle, Locki du Fer et KANEM (Express Jet) lors de cette réunion nordiste. Très grosse impression laissée par ...

Lire la suite
...
Devs Definitif lance sa saison 2024

Une course de rentrée à l'attelé aura suffi à DEVS DEFINITIF (Infinitif) pour retrouver son bon niveau. Celui qui lui avait permis de réaliser une belle année 2023 marquée par six podiums et une victoire. Dès sa deuxiè...

Lire la suite
...
Locki du Fer en (très) bon poulain

S'il avait dû partager la victoire avec L'Arc la dernière fois à Amiens, faisant dire au driver de celui-ci, Thierry Duvaldestin, qu'il s'agissait là d'une pointure, LOCKI DU FER (Uriel Speed) confirme ses capacités en remportant un second succè...

Lire la suite
...
La totale pour
Ibiki de Houelle

La victoire d'étape devant le vainqueur en série Ino du Lupin. La tête du classement général. Et le record absolu départ volté au Croisé-Laroche. Auteur d'un grand numéro, IBIKI DE HOUELLE (Love ...

Lire la suite