... © Province Courses
Actualité - 05.10.2020

Cherbourg fête un anniversaire arrosé sur fond d'Arc

Cela aura été un anniversaire arrosé !" Sur les coups de 18 heures dimanche, à l'issue d'une après-midi très copieusement arrosée dans le Cotentin, Jean-Philippe Massieu, le président de l'hippodrome de Cherbourg, avait le sens de la formule, avec un rictus un peu crispé quand même. Toute l'équipe de bénévoles de la doyenne des sociétés de courses de France espérait évidemment une tout autre météo pour fêter les 30 ans de l'hippodrome de La Glacerie en ce premier dimanche d'octobre. Conséquence première de cette météo défavorable, la fréquentation a été en retrait par rapport aux espoirs. "Dans ces conditions, c'est forcément toujours très compliqué de faire venir des néophytes, poursuit le président. On peut quand même se satisfaire en constatant que le restaurant panoramique a très bien fonctionné, avec pas loin de deux cents couverts. Nous avions volontairement réduit le nombre de places pour respecter les règles sanitaires si bien que nous avons dû refuser quelques réservations." L'autre déception pour les organisateurs est venue de l'absence finalement de Général du Pommeau (annoncée depuis le milieu de la semaine) et d'Oyonnax (connue seulement samedi soir), deux vainqueurs du Prix d'Amérique qui ont brillé sur cette piste et qui composaient l'affiche et l'axe de communication de cet anniversaire. "C'est forcément frustrant quand on essaye de monter une animation spéciale autour de ces chevaux-là", ne pouvait-on que regretter au sein du comité.
Pour autant, dans le hall comme aux étages qui abritent le restaurant panoramique et un espace de restauration plus rapide, le public était bien à l'abri et a profité à la fois du spectacle des huit courses de la réunion et celles de la réunion de gala à Longchamp, toutes retransmises en ce jour sur un écran géant. "Malgré la météo, le cadre reste agréable. Ici ce sont quand souvent des passionnés qui viennent, note Jérôme venu en famille de Valognes. Je n'avais malheureusement pas pu venir le jour de l'inauguration de l'hippodrome mais je me souviens que c'était un cheval de Jean-Claude Hallais qui avait gagné l'épreuve principale du jour." Ce 27 mai 1990, Shalom s'était en effet imposé. "Depuis, j'ai vu l'hippodrome évoluer, confie pour sa part Dominique, joueur installé dans le hall face aux écrans qui retransmettent les courses de Longchamp. Je savais qu'on fêtait les 30 ans aujourd'hui. Ce n'est pas spécialement pour cela que je suis venu même si j'aurais bien aimé revoir Oyonnax que j'avais d'ailleurs joué et touché le jour où il a gagné le Prix d'Amérique, car c'est un cheval que je suivais."
Alors que les courses s'enchaînent sur la piste de plus en plus détrempée - laquelle va d'ailleurs faire l'objet d'une réfection sitôt la dernière réunion de l'année, à savoir le 29 novembre, afin de remédier à un problème d'homogénéité - la tension à Longchamp monte d'un cran quand les participants au Qatar Arc de Triomphe pénètrent dans le rond. A Cherbourg, on a pris place dans les tribunes face à l'écran géant. C'est le cas de Guillaume Gillot. Depuis le début de la réunion sur l'hippodrome du Bois de Boulogne, le professionnel normand a fait en sorte de ne pas rater la moindre course ! "La victoire de Tiger Tanaka dans le Prix Marcel Boussac m'a touché. Je ne les connais pas mais c'est beau ce que son entourage a réalisé avec cette pouliche issue des réclamers. J'ai vraiment été sensible." Il l'est encore plus quand son copain, Pierre-Charles Boudot, s'élance en selle sur Persian King à la conquête d'un deuxième Arc de Triomphe. Deux minutes et demi plus tard, Guillaume Gillot est forcément un peu déçu pour son copain de la 3ème place du pur-sang entraîné par André Fabre. "Ah j'y ai vraiment cru un long moment mais le gagnant a été plus fort, admet-il sportivement. Il avait terminé troisième l'an dernier. Il est monté par Cristian Demuro qui est le plus gentil des garçons même si je ne le connais pas très bien." Les connexions trot-galop sont plus que jamais d'actualité en ce jour d'Arc de Triomphe.

A voir aussi :
...
Kel Air d'Eole : le souffle des progrès

Déjà bon vainqueur à Enghien fin mars, KEL AIR D'EOLE (Canadien d'Am) monte d'un cran en remportant ce Prix Miriam (course C). D'autant qu'il le fait à la manière des forts, lui qui a toujours été au contact des premiers ...

Lire la suite
...
Les 4 et 5 ans dans les Etriers Qualifs 1 vendredi

Les meilleurs 4 et 5 ans seront en piste vendredi à Vincennes, dans le cadre du Prix René Palyart - Etrier 4 Ans Q1 (Gr.2) et du Prix Louis Forcinal - Etrier 5 Ans Q1 (Gr.2). Ils seront 10 dans l'épreuve des 4 ans qui permettra ...

Lire la suite
...
Lerika du Chêne en pensant à Elea Madrik

Dans nos radars depuis sa qualification (1 étoile), LERIKA DU CHENE (Follow You) confirme ses débuts victorieux au Croisé-Laroche en s'imposant ici pour ses premiers pas parisiens. Dans une course qui aurait pu être piège, la pouliche d'Yvonne ...

Lire la suite
...
Rémi Boucret,
l'éleveur pas comme les autres

En l’espace de trois décennies, il a construit un élevage impressionnant. Les Bello et Bella de Rémi Boucret sont partout et brillent avec une rare constance. L’éleveur sarthois a accédé au podium national en 2020, à la ...

Lire la suite