...
Actualité - 04.02.2022

Charles Antoine Mary : "je vis mon rêve d'enfant"

Charles Antoine Mary réalise un beau meeting d’hiver. Il comptabilise six victoires et pointe actuellement à la 22e place des entraîneurs par les gains depuis le 3 novembre à Vincennes. Sa locomotive est Florida Sport, qui prendra part au Prix de l’Île-de-France (Gr.1) dimanche après avoir tenté sa chance dans le Prix de Cornulier. L’entraîneur nous raconte son histoire avec la jument et s’ouvre sur sa réussite du moment.

Commençons par l’événement le plus chaud dans le fil d'actualité de Charles Antoine Mary, dit Charly. Il concerne Florida Sport (Tornado Bello) en lice dans le Prix de l'Île-de-France (Gr.1) dimanche. La jument de 7 ans a une histoire peu banale. Après avoir défendu les couleurs de l’Ecurie Bruni de l’Espagnol Patrick Pascual Lavanchy de 2017 à 2020, elle s'est retrouvée interdite de courir, un effet collatéral de la perte des agréments de son entourage. Passée sur le ring d’Arqana Trot le 23 juin dernier, elle a été rachetée pour 140.000 €. Charly Mary est présent ce jour-là. "Je venais de quitter les ventes lorsque son propriétaire m’a appelée pour me proposer de la prendre à l’entraînement. Je n’avais plus de place dans le camion mais je n’ai pas hésité longtemps et ai fait demi-tour. Je l’ai prise en location. Je l’ai requalifiée assez vite, il faut dire qu’elle avait continué à tourner pour les ventes. Elle a été arrêtée pendant un an et demi et s’est requalifiée sur sa classe. Elle a quand même mis du temps à retrouver son bon niveau par la suite."

Les statistiques du meeting de Charles Antoine Mary
31 courses – 6 victoires – 4 places sur le podium
9 chevaux différents – 2 chevaux vainqueurs : Florida Sport (3 victoires) et Greta (3 victoires)
Ses quatre chevaux les plus en vue du meeting :
Florida Sport (Tornado Bello) : 6 courses, 3 victoires (2 Groupes 3, les Prix Auguste François et Yvonnick Bodin) et 119.560 €
Infant Perrine (Atlas de Joudes) : 5 courses, 5 fois dans les quatre premiers dont 4e du Critérium des 3 Ans (Gr.1) et 4e Sulky World Cup 4 Ans – Prix Ourasi (Gr.1) et 71.600 €
Greta (Rieussec) : 6 courses, 3 victoires (au monté) et 57.440 €
Hortino (Very Nice Marceaux) : 5 courses, 4 fois dans les 5 premiers et 16.640 €

Le monté quand Florida Sport a montré qu’elle était prête
En fait, Charly Mary avait déjà une idée derrière la tête : "Après une bonne course à Enghien en juillet contre des étrangers, elle a couru moyennement. En fait, je n’avais qu’une chose en tête, c’était de la courir au monté. Je me disais, ne te presse pas mon Charly car, pour courir monté, il faut vraiment qu’elle soit prête. Si ce n’est pas le cas, elle va prendre dur. Déjà, même quand ils sont prêts, ils peuvent "prendre des balles". Je me suis dit qu’elle débuterait sous la selle quand elle aurait bien couru à l’attelé. Et pour ses débuts à Vincennes sur le long parcours, elle s’est bien comportée. C’est une jument de vitesse qui a énormément d’abattage. Elle a une grande facilité à trotter, c’est une trotteuse naturelle."
Florida Sport s’est signalée deux fois cet hiver dans la catégorie des apprentis - lad-jockeys avec Loane Fauchon en selle. Charly Mary nous apprend : "Je crois évidemment à l’importance du poids. Loane peut monter à 55 kg et, dans sa catégorie, c’est important. Mais le poids ne fait pas tout. Dimanche, Florida Sport sera pilotée par Paul (Ploquin), un copain. Mathieu (Mottier) avait la priorité mais il monte sa jument de cœur Gladys des Plaines. C’est tout à fait normal. Paul fait partie de la nouvelle génération et il monte aux ordres. C’est le partenaire régulier d’Infant Perrine et je ne peux que m’en féliciter."

L'objectif de l'hiver pour Florida Sport
Titulaire d'un record d'1'10''4, signé en décembre sur le parcours des 2.175 mètres qu'elle empruntera dimanche dans le Prix de l'Île-de-France (Gr.1), Florida Sport sera face à son grand objectif de l'hiver. "Je la sens vraiment tonique et bien en ce moment. C'est son objectif, je l'ai annoncé tôt. Je pense qu'elle est un peu meilleure sur cette distance. Elle peut suivre tous les trains et ne peine pas. Sur ce parcours, elle pourra aller devant. Dans tous les cas, elle essaiera de prendre la tête en partant et devrait ensuite être à la pointe du combat, parmi les trois premiers."

FLORIDA SPORT 1’10’’4 (m5v) 1’11’’5 (a5v) (F6)
Tornado Bello et Victoria Sport (Orlando Sport)
■ 46 courses, 9 victoires, 11 places et 402.090 €
3 titres de Groupe : Prix Jean Le Gonidec (Gr.2 – attelé – 2020), Prix Auguste François (Gr.3 – monté – 2021), Prix Yvonnick Bodin (Gr.3 – monté – 2021)
■ Depuis son arrivée chez Charly Mary en juin 2021 : 15 courses, 3 victoires (2 Groupes 3), 4 places et 164.310 €


Il faut aussi dire que j’ai traversé des périodes compliquées avec successivement deux virus dont un très rare
Charles-Antoine Mary

©Scoopdyga
L'INTERVIEW DE CHARLES ANTOINE MARY

Contexte : Charly Mary est installé sur le domaine familial de la Perrine en Mayenne, y installant de nouvelles structures (piscine notamment) et de nouvelles pistes aux termes d'importants investissements ces dernières années.

24H au Trot.- Vous avez réalisé votre meilleure année en termes de gains l’an dernier (815.000 €). Et votre meeting vous a permis de remporter 6 victoires dont 2 Groupes 3 avec Florida Sport. Vous attendiez-vous à de tels résultats ?
Charles Antoine Mary.- Je savais ce que j’avais dans mes boxes et ne suis donc pas vraiment surpris. On n’est évidemment jamais à l’abri de problèmes, comme d’un virus ou de chevaux qui "cassent" mais tout s’est bien passé ces derniers mois. Le travail est bien fait, j’ai une bonne équipe qui m’entoure. Tout ceci explique cela. Les courses ont aussi été fluides avec des pilotes qui écoutent les ordres. Comme je le dis souvent, ce sont les chevaux qui font l’homme. Et j’ai la chance d’avoir actuellement une palette de bons chevaux.

Est-ce le fruit de choix nouveaux ? La concrétisation de votre démarche de conséquents investissements ?
J’ai monté en gamme de chevaux avec des propriétaires qui investissent à mes côtés. Je faisais sans doute le même travail avant, avec des chevaux un peu plus modestes. Il faut aussi dire que j’ai traversé des périodes compliquées avec successivement deux virus dont un très rare. Mes chevaux saignaient au simple jogging.

Vous en avez bavé ?
On peut le dire. En fait, j’ai eu des moments très difficiles pendant ces cinq dernières années, avec une addition d’événements dans ma vie. Cela s’est passé pendant une période de travaux longue et compliquée. J’ai aussi perdu ma maman. Elle m’avait dit avant de partir, ne lâche rien. J’ai tenu bon et cela m’a rendu plus fort. Cela paie aujourd’hui. Tout ce que je peux dire, c’est que je me suis gratté la tête. Sans compter que beaucoup m’ont pris pour un fou avec des réflexions désobligeantes autour de moi, du type "il fait une structure de malade qui ne marchera pas". J'ai été au bout de mon projet et les chevaux me le rendent aujourd’hui.

Pourquoi aujourd’hui précisément ?
Parce qu’il ma fallu un peu de temps pour trouver mes repères dans mon nouvel établissement. Cela m’a pris plus de deux ans pour ma piste. Avant je me demandais tout le temps après un travail : "J’en ai trop fait ou pas assez ?" Cela fait maintenant un an que je prends du plaisir et maîtrise vraiment mes outils de travail. Il y a eu aussi le Covid qui est venu compliquer les choses évidemment.

Comment présenteriez-vous vos installations actuelles ?
J’ai un centre de balnéothérapie avec piscine et un pédiluve naturel, une rivière que j’ai aménagée. Aujourd’hui, avec mon équipe, on a aussi beaucoup développé tout ce qui touche aux soins. On va dire que j’ai travaillé la notion de bien-être des chevaux pour qu’ils performent. Cette structure est à la fois interne pour mes pensionnaires mais aussi ouverte à des chevaux de l’extérieur. J’accueille ainsi des chevaux de sport, des galopeurs de plat ou d’obstacle. Depuis deux ans maintenant, j’ai une clientèle fidèle en galop avec des chevaux envoyés par Edouard Monfort, Adrien Fouassier, Ludovic Gadbin, Philippe et Camille Peltier, Laurent Viel et d’autres. J’ai aussi un cheval qui a fait les Jeux Paralympiques avec Vladimir Vinchon. Dans mon équipe, c’est Barbara Motte qui a en charge tout le pôle bien-être.

C’est une forme de rêve qui se réalise actuellement ?
Complètement. Depuis tout petit, je me vois toujours prendre mon camion et aller aux courses pour gagner. Là, je le fais et c’est le pied. Mon grand plaisir ? Emmener deux chevaux aux courses à Vincennes, manger un sandwich, prendre un chèque avec chacun et rentrer l’esprit libre. C’est un plaisir qui perdure, qui ne s’essouffle jamais. Je sais aussi qu’il faut en profiter. J’ai les pieds sur terre, j'ai conscience que des périodes difficiles peuvent ou vont arriver. Aujourd’hui, le train est lancé. J’ai de bons clients et j’en attends de nouveaux car j’ai initié des contacts qui devraient aboutir prochainement. Le fait d’avoir ouvert mon établissement à d’autres passionnés de chevaux (non trotteurs) me permet aussi de nouer des relations différentes. Certains sont maintenant prêts à investir dans le trot. J’aime bien ouvrir comme cela de nouvelles histoires et vivre des moments de partage avec des personnes que rien ne prédisposaient à avoir un cheval chez moi ou tout simplement au trot.

Avec le recul, vous relanceriez-vous dans le même projet ?
Aucun doute, je referai. J’aime la compétition pour moi mais, avec mes services, j’ai élargi mes champs des possibles. Quand je vois un cheval comme Equinoxe performer à Vincennes après être resté trois mois à la maison, c’est une immense fierté, un peu comme s’il était sous mon entraînement. J’ai la même satisfaction quand je vois un galopeur venu en balnéo à la maison réussir par la suite. En fait, je pense cheval et m’interroge tout le temps sur ce qui va le mieux pour eux. Et toute ma démarche et mon projet vont bien dans ce sens.

A voir aussi :
...
Kajou Josselyn confirme, Kool and the Gang gagne en débutant

Deux courses pour 2 ans figuraient au programme des réunions de Châteaubriant et de Vire. En Loire-Atlantique, Kajou Josselyn (Love You), dont la troisième mère est la matrone Quezira, a confirmé ses brillants débuts victorieux à Chartres. ...

Lire la suite
...
Yoann Lebourgeois, un baroud d'honneur brillant avec Emeraude del Phédo

Deuxième au classement général du Grand National des Jockeys avant la Finale du jour, Yoann Lebourgeois ne pouvait pas remonter le leader Alexandre Abrivard vu leur écart de 35 points. Cela n'a pas éteint l'enthousiasme du jockey avec ...

Lire la suite
...
Inshore emporté
par le tourbillon Abrivard

Le Prix Philippe du Rozier (Gr.2) n'a pas du tout livré un dénouement attendu. Son favori Indigo du Poret a mal couru, suscitant même des inquiétudes dans la bouche de son jockey Eric Raffin (lire plus loin). ...

Lire la suite
...
Jean-Michel Bazire,
le champion hors-norme du GNT

Campionissimo ! Hors du commun. Hors norme. Si les formules les plus élogieuses fusent depuis longtemps à l'adresse de Jean-Michel Bazire et de ses exploits, l'homme a ajouté dimanche une nouvelle ligne d'exception à son palmarès. Il a remporté le Prix Maurice ...

Lire la suite