... © France Sire
Actualité - 06.10.2020

Un marché marqué par de nombreux rachats

L'édition 2020 de la vente du Marault n'a pas répondu à l'attente et aux projections de ses organisateurs. Avec un chiffre d'affaires (CA) consolidé de 160 500 €, la session affiche une baisse du CA de 17 % sur 2019. Ce sont surtout les rachats qui sont pointés du doigt. Le top price du jour est monté à 15 000 € (photo).

Avec 37 vendus sur 71 lots présentés, le taux de vendus se fixe à 52 %. Il était de 60 % l'an dernier et de 55 % en 2018. Numéro très attendu, le 44, présenté par l'Ecurie de Chanlecy (Claude Jorion), Joker de Chanlecy (Niky), était le top annoncé de la vente. Ce frère du bon Echo de Chanlecy (Quinoa du Gers) a bien fait monter les enchères, à 55 000 €, dépassant le record historique des ventes du Marault, mais en vain puisque son éleveur l'a racheté. Thierry Logre, l'animateur de l'Ecurie Ostheimer, avait fait le déplacement et s'est retrouvé dernier sous-enchérisseur (perdant donc) à 54 000 €. Il a justifié ses enchères : « Il faisait partie de la famille d’Ourasi qui nous intéresse évidemment toujours beaucoup. Il nous avait bien plu. L’éleveur a décidé de la garder, ce que je comprends très bien. Il devrait faire un bon cheval de course. »

Au total, il y a eu 30 rachats pour un montant cumulé de 206 000 €, soit plus que le global des cessions réalisées. Car, au-delà du rachat à 55 000 € de Joker de Chanlecy, on compte aussi un rachat à 18 000 € (lot 8), un à 16 000 € (lot 55) et un à 12 000 € (lot 23).

Avec un prix moyen à 4 338 €, l'édition 2020 est en retrait sur 2019 (4 509 €) et propose le prix moyen le plus faible de ces trois dernières années. Idem pour le CA qui était de 262 500 € en 2017, de 254 000 € en 2018, de 193 900 € l'an dernier pour atterrir cette année à 160 500 €.

Zoom sur les deux prix les plus élevés de la vente, les seuls à plus de 10 000 €

#1 Jedi des Brouets (M) (lot 30) par Niky et Notre Audace (Défi d'Aunou)
Prix : 15 000 € - Acquéreur : Rémy Després pour Jacques Rattina

Rémy Després a commenté cet achat : « Chez Pascal Daulier, on sait que les poulains sont bien élevés. Il a un beau modèle et est bien né. Il valait ce prix là. Je l’ai acheté pour mon client Jacques Rattina qui a notamment sous ses couleurs Duc du Vivier, Elan de Dompierre et Ejag. Il a également investi aux ventes de Deauville. »

#2 Joker des Bordes (M) (lot 45) par Ouragan de Celland et Egérie des Bordes (Memphis du Rib)
Prix : 12 000 € - Acquéreur : Trotting Bloodstock (Florent Fonteyne)

Le courtier qui découvrait cette vente du Centre-Est a expliqué sur son achat : « J’aimais beaucoup le poulain. Il était fait comme je les aime, c’est à dire assez petit, court, trapu. Ce poulain fait partie de la lignée maternelle de Cyprien des Bordes qui était un très bon cheval. Il a toujours bataillé face à Charly du Noyer, Carat Williams, etc. On achète ce poulain à plusieurs amis. C’est la même équipe que celle qui a acquis le foal par Face Time Bourbon aux ventes Osarus la semaine dernière (le lot 21 Kanon Oxford). Nous ne savons pas encore où nous allons le placer à l’entraînement. On va se concerter ensemble avant de faire notre choix. »

A voir aussi :
...
Harmoniously confirme à un échelon supérieur

De bons 4 ans étaient au départ du Prix du Palais-Royal, où les deux favoris He And Me (Bird Parker) et Hatha Josselyn (Charly du Noyer) se sont montrés fautifs. La sagesse, c'est l'une des principales qualités d'Harmoniously (...

Lire la suite
...
Jina de l'Ormerie, une 2 ans qui a du talent

Dans l'épreuve réservée aux pouliches de 2 ans, ce mercredi à Enghien, il y a eu un beau match final. Jina de l'Ormerie (Amiral Sacha) a su venir à bout de la la pouliche de Philippe Allaire Jélica Vé...

Lire la suite
...
Fin de carrière pour Eagle Eye Sherry

Meilleure pouliche de 3 ans suédoise l'an dernier, Eagle Eye Sherry (Bold Eagle) ne courra plus a annoncé Björn Goop son entraîneur sur son site internet. Elle a été éliminée en demi-finale de la Breeders Crown dimanche à ...

Lire la suite
...
Les matrones de la semaine : Gitane du Rib et Histoire Moderne, le modèle, mais aussi le pedigree

Une fois n’est pas coutume : ce n’est pas à une, mais à deux matrones que nous nous intéressons cette semaine, à savoir celles dont descendent les deux « reines de beauté » sacrées lors du Concours National de Sélection s’é...

Lire la suite