... © ScoopDyga
Actualité - 06.02.2022

Freeman de Houelle la rage de vaincre

FREEMAN DE HOUELLE,
LA RAGE DE VAINCRE

Après la pluie, le beau temps. Après la déception, la victoire. L’entourage de Freeman de Houelle avait connu une douche froide dans le Prix de Cornulier (Gr.1), le 23 janvier dernier, avec une prestation de son représentant largement hypothéquée au départ. Ce dimanche, tout a été différent. On a revu le cheval au meilleur de sa forme et de son art. Et surtout au rendez-vous d’un Groupe 1. Il s’agit du premier titre majeur du 6 ans façonné par Franck Leblanc, qui connaît aussi avec lui sa première victoire comme éleveur au niveau Groupe 1. Enfin au trot puisque le professionnel l’avait déjà réalisé en obstacle.

On le savait fort. Très fort même dans une version du trotteur en acier trempé lors de ses succès du précédent meeting et du premier semestre 2021 (cinq victoires de janvier à juin). Freeman de Houelle (Vigove) a cette capacité à dynamiter le peloton, à lancer la course de loin avant d’affronter le passage le plus périlleux pour lui, le dernier tournant, dans lequel il s’est longtemps couché, perdant de précieuses longueurs. Et on savait encore sa capacité à se relancer à la fin. Pourtant, il avait été moins lumineux ces dernières semaines, à l’image d’ailleurs de l’ensemble de l’effectif de Franck Leblanc. Passé à côté de son Cornulier, son objectif n°1, après un départ version "fer à repasser", Freeman de Houelle a remis les pendules à l’heure cette fois en jouant de sa fameuse rage de vaincre. Voilà une première victoire de Groupe 1 à son palmarès après une deuxième place dans le Prix du Président de la République (Gr.1) et une troisième il y a douze mois dans le Prix des Centaures (Gr.1), battu du minimum par Flamme du Goutier (Ready Cash) et Fame Music (Singalo).

Un titre de prestige qui met fin à une mauvaise séquence de Franck Leblanc
Pour son entraîneur Franck Leblanc (28e titre de Groupe 1 ce dimanche en France), c’est une consécration particulièrement attendue : "Cette victoire est la bienvenue. L’écurie ne traverse pas une bonne période. Les chevaux qui ne font pas de fautes se montrent fautifs et tout est dur depuis quinze jours. Et puis j’étais déçu de son résultat dans le Prix de Cornulier où Eric (Raffin) s’était fait avoir en partant. La course était foutue dès le départ. Là, c’est top aujourd’hui. On avait coché le Prix de Cornulier et il remporte l’Île-de-France. Ce n’est pas la même course mais cela reste une grande victoire."
Depuis le 20 janvier, l’entraîneur mayennais avait présenté 53 partants à Vincennes, sans aucune victoire, incluant de nombreuses déceptions.

Un trotteur en acier trempé
Bien parti cette fois, Freeman de Houelle a voyagé en tête du wagon de deuxième épaisseur, à côté de l’animatrice Florida Sport (Tornado Bello), pour lui prendre le meilleur dans le dernier tournant, concrétisant à cet endroit tous ses progrès des derniers mois même si le partenaire d’Eric Raffin se couche toujours un peu. Franck Leblanc nous apprend encore : "Je savais que mon cheval était bien. C’est un cheval dur, un très bon cheval. Je vais le mettre à l’attelage et il va réussir grâce à sa dureté."

Un final en 1'08''8
En signant 1’08’’8 selon les données Tracking lors de ses 200 derniers mètres, le lauréat a empêché toute velléité de retour. Seule Granvillaise Bleue (Jag de Bellouet) a fait mieux que lui sur cette portion finale (1’08’’4) mais avait trop de terrain à refaire pour espérer l’inquiéter. Elle évoluait à 4,6 mètres de Freeman de Houelle en entrant dans les 200 derniers mètres et conclura finalement à 3,4 mètres de lui sur la ligne d’arrivée.


Gazouillis 1'12''8 Lutin d'Isigny 1'14''3
Vigove 1'12''2 Utiska 1'17''4
Govive Hetre Vert
FREEMAN DE HOUELLE Vive Voix 1'20''4
Joyau d'Amour 1'11''6 Viking's Way 1'15''6
Rafina de Houelle 1'15''8 Taja du Vivier 1'16''2
Hetula du Tilleul 1'19''6 Tenor de Baune 1'14''3
Une de Valleray 1'20''0
© ScoopDygaFreeman de Houelle en extension à l'arrivée
Un hommage à Marcel Vercruysse
Décédé dans la nuit, Marcel Vercruysse a reçu un vibrant hommage d'Eric Raffin sur Equidia : "Je dédie cette victoire à Marcel Vercruysse. Je le connais depuis que je suis gamin et il était toujours sympathique avec les jeunes. Quand j’ai appris qu’il était décédé en arrivant aux courses, cela m’a fait quelque chose." Le frère de Pierre Vercruysse était âgé de 55 ans. Il s'était retiré en 2020 sur la Côte d'Azur mais était bien sûr resté proche des acteurs du trot. Il avait été entraîneur de 1988 à 2020, comptant des victoires à Vincennes avec Tilt des Bruères (Joyau du Marais) et Fondrière (Rêve d'Udon) dans les années 1990.

La victoire du rachat pour Eric Raffin
Eric Raffin avait confiance en son partenaire. Et avait aussi à se racheter de sa prestation qu’il juge lui-même manquée dans le Prix de Cornulier. Voilà le sens de son debrief au micro d’Equidia juste après sa victoire, tout en expliquant son choix de ne pas chercher à prendre la corde avec son partenaire : "Il y a quinze jours, j’avais dit "Raffin nul". Aujourd’hui aux heats, il ne se mettait pas sur la main. J’ai proposé à Franck (Leblanc) de mettre la rêne sur le petit licol. Tout le monde a chargé en début de parcours. Philippe Daugeard qui fait du vélo m’a toujours dit : "Quand le vent est de trois-quarts, tu n’es pas plus mal à deux, protégé du vent". J’ai une petite pensée pour lui. Le cheval a été merveilleux. Je lui ai débouché les oreilles et je suis sûr qu’il ne faut pas le faire. Une fois les oreilles débouchées, il attend. Là, on a revu le vrai Freeman et confirme le fait que Franck Leblanc dit depuis longtemps qu’il consacre son meeting à son cheval. Je suis désolé pour lui de mon erreur dans le Cornulier. Aujourd’hui, on gagne un Groupe 1 et c’est mérité. C’est un top cheval."

Une première victoire de Groupe 1 comme éleveur au trot pour Franck Leblanc
Il s’agit d’un premier titre de Groupe 1 pour Franck Leblanc dans le statut d’éleveur. Associé à son ami Stéphane Gohier, il récolte là le fruit de l’exploitation d’une riche famille à partir d’Hétula du Tilleul (Ténor de Baune), muée au rang de matrone dans son élevage en étant à la base de Sawasdé de Houelle, Be Mine de Houelle, Quarla de Mouelle et bien d’autres. Le professionnel mayennais avait néanmoins déjà connu les honneurs de Groupe 1 avec le sauteur Beaumec de Houelle (Martaline), vainqueur à Auteuil du Prix Cambacérès (Gr.1) en 2018 et désormais étalon.

L'émotion de Franck Leblanc

© ScoopDyga
DANS LES RANGS DES BATTUS

Granvillaise Bleue : 2e
Après avoir semblé un peu débordée dans le dernier tournant, où elle a dû passer en troisième épaisseur, Granvillaise Bleue (Jag de Bellouet) a bien fini mais n'a jamais véritablement inquiété le lauréat. Son entraîneur Pierre Levesque nous a fait part de son analyse : "Elle n’a peut-être pas eu un parcours super limpide. Dans le dernier tournant, elle est sortie par Nathalie Henry (sur Vaprio) et se retrouve en déséquilibre. Elle est tellement courageuse qu’elle se relance mais est nettement battue. En fait, je ne pense pas qu’elle aurait pu prendre le meilleur sur le vainqueur Freeman de Houelle." Le constat est le même dans la bouche de Camille Levesque, en selle sur la jument : "J’ai l’impression que Freeman gagne bien et je ne pense pas que le fait d’être sortie dans le dernier tournant ait changé quelque chose à l’arrivée. Elle court très bien mais n'est encore "que" bonne deuxième. J’espère qu’elle va se rattraper en fin de meeting dans le Prix des Centaures pour décrocher un premier Groupe 1."
Bahia Quesnot : 3e
La satisfaction est de mise dans le camp de Bahia Quesnot (Scipion du Goutier), troisième et capable de se relancer après le dernier tournant. Son jockey Matthieu Abrivard nous a déclaré : "J’ai bien voyagé. J’ai perdu un peu de temps en haut de la montée mais elle n’a rien lâché ensuite et s’est remise à plat ventre à la fin. Elle est fantastique. Elle a deux moteurs : en montant, je n’avais pas de gaz et j’étais inquiet, et après elle s’est relancée comme elle sait le faire."
Sur Equidia, l'entraîneur Junior Guelpa a analysé pour sa part : "Elle est comme le bon vin et vieillit très bien. On a vu aujourd’hui la vraie jument, pas comme la semaine dernière. Elle a encore fait une sacrée ligne d’arrivée pour récupérer la troisième place. Tout était ok en fin de semaine. Son scope après son travail jeudi était nickel et elle marche 1’10’’5 en étant ferrée à 11 ans. Si elle se présente encore dans les courses qui lui restent, c’est qu’elle sera bien. On va voir comment elle va récupérer. Vu la façon dont elle a fini aujourd'hui, il n’y a pas de raison qu’elle ne soit pas au départ du Prix de France, en plus avec une chance."
Vaprio : 4e - Nathalie Henry : "Il court bien dans cette catégorie là. C’est super. Il a beaucoup de facilité à trotter et est très efficace. Il a un bel avenir dans la discipline."
Florida Sport : 5e - Paul Ploquin : "J’ai perdu un peu de temps à la volte où elle a failli se tromper. Ensuite, j’étais mal mis à la corde et je n’ai pas voulu y rester. Malheureusement, elle s’est mise en route dans la plaine et je n’ai pas réussi à la reprendre assez pour temporiser. Avec le vent en montant, ce n’était pas à la place où il fallait être. Compte tenu de ces éléments, elle ne démérite pas."

Le cœur qui pince pour la der montée de Matthieu Abrivard
Il s’agissait de la dernière course montée de Matthieu Abrivard. Une sortie donc particulière dans tous les sens du terme. Le professionnel nous confie : "C’est une belle sortie, par la grande porte. J’ai le cœur qui pince forcément." Quant à Junior Guelpa, il déclare au diapason : "Je suis aussi très content aujourd’hui pour Matthieu qui sort par la grande porte avec elle. C’est super que ce beau tandem finisse sur une très belle troisième place. Aujourd’hui, c’était la dernière fois que Bahia Quesnot avait la selle sur le dos en course."

LES DÉCEPTIONS

■ Réticente au départ, Gladys des Plaines (Opus Viervil) a vite pris le galop. L'incompréhension et la recherche des causes nourrissent la réaction de son entraîneur Gilles Curens : "Je suis un peu déçu. Il y a des questions sur son comportement surtout. Quand Mathieu (Mottier) lui a monté dessus dans les écuries, elle a montré des signes de refus. Dès qu’elle se rapprochait de la piste, elle faisait voir qu’elle n’avait pas trop envie d’y aller. Dès qu’elle est rentrée dans les raquettes de départ, elle n’était pas dans la main comme d’habitude. Ce n’est pas facile à analyser. Le heat à l’attelage était bon et, à l’entraînement, elle ne montre pas ces signes de mauvaise volonté. Ma seule interrogation est qu’elle ne travaille qu’à l’attelé. Alors est-ce qu’elle n’aurait pas une petite douleur au dos qui la dérange quand on la monte ? C’est la seule explication à chaud que je peux donner. Elle va subir des examens et on ne la reverra pas cet hiver. Elle mérite qu’on prenne son temps et elle ne reviendra que plus tard quand on aura trouvé."
■ Vite dernière, Etoile de Bruyère (Kénor de Cossé) n'a jamais pu revenir en course. Là encore, des questions se posent dans la bouche de son entraîneur Charles Dreux : "Elle n’a jamais été dans la course, jamais dans le collier. Elle est partie avec du retard et n’a jamais pu revenir. Je suis dans le flou. Sa lad vient de me dire qu’elle avait toussé trois ou quatre fois après la douche. On va explorer toutes les pistes. On sait qu’on ne sait pas pour le moment."
6e | PRIX DE L'ILE-DE-FRANCE
M - 2175 m - Groupe 1 - 200 000 €
FREEMAN DE HOUELLE 1'10"3
Vigove x Rafina de Houelle (Joyau d'Amour)
Jockey : E. Raffin - Entraîneur : F. Leblanc
Propriétaire : S. Gohier - Eleveur : F. Leblanc
2e Granvillaise Bleue 1'10"4 Jag de Bellouet x Lady de Brevol
3e Bahia Quesnot 1'10"6 Scipion du Goutier x Queen Ines
4e : Vaprio - 5e : Florida Sport - 6e : Etoile de Bruyere - 7e : Zarenne Fas

D'où vient-il ?

La progéniture de Hétula du Tilleul 1'19'' (1995-Ténor de Baune), la deuxième mère, est plus que millionnaire en euros, grâce, au premier chef, à la classique Sawasdé de Houelle 1'12'' a.-m. (Gazouillis), 3ème du Prix de Vincennes et du "Président", à la semi-classique Olita de Kefrauso 1'13'' m. (Full Account) ou encore à la lauréate de dix courses Quarla de Mouelle 1'12'' (Dahir de Prélong).

A voir aussi :
...
Thierry Duvaldestin en force avec ses 3 ans

La réunion CSI de dimanche à Lisieux comportait quatre courses de "L" dont 22 étaient inédits. Thierry Duvaldestin a ouvert la réunion avec LULU QUICK (Enino du Pommereux) qui restait sur une disqualification pour ses débuts à Angers fin ...

Lire la suite
...
Gaetane du Vivier-Gisèle Ambrogio : victoire à domicile

Au bout de cette belle journée de courses dans le Vaucluse, Gisèle Ambrogio et GAETANE DU VIVIER (Vittel de Brévol) s'offrent une victoire à domicile, elles qui sont venues en voisines. Une victoire facile pour une jument parfaite ...

Lire la suite
...
Lefort Fligny ouvre son palmarès

Deuxième le jour de ses débuts à Angers, n’étant battu que par L'ARGENTIER (Earl Simon), un poulain entrainé par Philippe Allaire, LEFORT FLIGNY s’impose avec style à Chartres. Vite sur jambes, puis dans le sillage du favori, LE ...

Lire la suite
...
Gauthier Tugend, l'apprenti du moment dans le Sud-Est

C'est la grande forme pour Gauthier Tugend. Déjà lauréat cette semaine en Avignon, il remporte aussi ce dimanche la 2ème étape du Trophée Vert des apprentis, associé à HYPOLIT DE BEL AIR (Gogo). Le jeune homme de 20 ans ...

Lire la suite